Burkina/Insécurité : «La réponse humanitaire est extrêmement insuffisante», (Oxfam)

 Ouagadougou, 04 juin 2020 (AIB)-La réponse humanitaire fournie au Burkina Faso à quelques 848 mille déplacés, comprenant 84% de femmes et d’enfants, est «limitée, tardive er extrêmement limitée», selon une note d’information rendue publique jeudi par l’ONG Oxfam.

«Globalement, la réponse humanitaire est limitée, tardive et demeure extrêmement insuffisante», lit-on dans la note d’information ‘’Survivantes et héroïnes : Les femmes dans la crise au Burkina Faso’’, rédigée par Oxfam.

L’ONG reprenait des chiffres de Global Protection Cluster Burkina Faso qui assure que seulement 132 000 personnes ont reçu l’aide humanitaire en 2020 sur 947 000 personnes ciblées.

A la date du 12 mai 2020, seulement 19 % des fonds ont été reçus pour la réponse humanitaire, d’après le Financial Tracking System de OCHA, cité par Oxfam.

Cette situation s’explique d’une part par la très grande pauvreté des régions accueillant les déplacés et d’autres part par les difficultés d’accès aux personnes vulnérables, à cause de l’insécurité.

Selon l’ONG, les attaques armées qui frappent le Burkina Faso depuis 2016, ont occasionné à la période d’avril 2020, le déplacement de 848 mille personnes et a jeté 2,2 millions de personnes dans le besoin.

Pour Oxfam, cette crise affecte particulièrement les femmes et les enfants qui quoique représentant 84% des déplacés, n’ont pas totalement leurs besoins couverts.

De l’avis de la structure, il urge de fournir à ces déplacés, entre autres, de l’eau, des kits hygiéniques, des ressources financières, des abris et des vivres.

Il faudrait également répondre aux préoccupations liées à la santé, à l’éducation, au stress et aux traumatismes psychologiques.

Oxfam souhaite aussi que les femmes soient intégrées dans les mécanismes de recherche et de médiation en faveur de la paix, au même titre que les hommes.

«Les recommandations formulées dans ce rapport, feront l’objet de la plus grande attention de mon département en vue de leur mise en œuvre», a promis la ministre en charge de la Femme et de l’Action humanitaire Marie Laurence Ilboudo/Marshall.

Agence d’information du Burkina

ata/ak

Photo d’archive et d’illustration: burkina24.com

Télécharger le rapport (cliquez)

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here