Burkina-Commerce-Economie-Réformes-Exportations-Prélèvements

Burkina : Plus de 7 milliards FCFA mobilisés en trois ans grâce à l’anacarde et  au sésame

Ouagadougou, 3 Juin 2020 (AIB)-Les prélèvements effectués ces trois dernières années sur les exportations de l’anacarde et du sésame s’élèvent à  plus de 7 milliards FCFA, a appris l’AIB ce mercredi, de source officielle.

Le directeur général du commerce Seydou Ilboudo a indiqué mercredi à Ouagadougou, que les prélèvements effectués ces trois dernières années sur l’exportation de l’anacarde s’élèvent à 6 milliards 398 millions 933 mille 445 FCFA, à la date du 6 janvier dernier.

«3 milliards 594 millions 856 mille 020 FCFA pour l’année 2018 ; 2 milliards 089 millions 997 mille 075 FCFA pour l’année 2019 et 714 millions 080 mille 350 FCFA pour l’année 2020 en cours», a-t-il précisé.

80% de la somme prélevée soit 4 milliards 547 millions 882 mille 476 FCFA est allouée au budget du conseil burkinabè de l’Anacarde et 20% de la somme, soit 1 milliard 136 millions 970 mille 619 FCFA au budget de l’Etat, a-t-il noté.

Concernant la filière sésame, Seydou Ilboudo a déclaré que «son exportation a mobilisé ces trois dernières années, un milliard 266 millions 023 mille 662 FCFA».

«281 millions 780 mille FCFA pour l’année 2018 ;  639 millions 967 mille 950 FCFA pour l’année 2019 et 344 millions 275 mille 712 FCFA pour l’année 2020», a-t-il également précisé.

Le directeur général du commerce Seydou Ilboudo s’exprimait mercredi à Ouagadougou, au cours d’un déjeuner de presse.

Il a expliqué aux journalistes  les réformes entreprises par le ministère en charge du commerce pour la promotion de la transformation et de la commercialisation des produits des filières porteuses.

Outre l’anacarde et le sésame, les filières porteuses comprennent la mangue, le karité, l’oignon, la tomate, le bétail/viande, le miel, le textile et l’habillement et cuir et peaux.

Selon la balance commerciale 2019, les exportations des produits des filières porteuses sont passées de 197,2 milliards de FCFA en 2017 à 250, 7 milliards de FCFA en 2018, soit une hausse de 27,12% représentant une valeur de 53,5 milliards de FCFA.

Cette situation est induite principalement par la hausse des exportations de certaines filières telles que les noix de cajou en coques, les graines de sésame, les amandes de karité et la mangue, a indiqué le directeur général.

Et pourtant, «à ce jour, les prélèvements (sur les exportations) ne concernent que la filière anacarde et la filière sésame» a-t-il poursuivi.

Les prélèvements ont été instaurés en 2018 à la suite de concertations entre le ministère et les responsables des organisations interprofessionnelles de l’anacarde et du sésame.

Ces prélèvements sont l’une des réformes entreprises par le gouvernement pour la promotion des filières porteuses.

Selon Seydou Ilboudo, parmi les réformes, il y a eu «l’adoption en avril 2019, d’une Stratégie nationale d’Industrialisation pour qu’à l’horizon 2023, le Burkina Faso puisse disposer d’un secteur industriel dynamique, compétitif et durable».

Les réformes, a-t-il poursuivi, ont aussi conduit «à la mise en place du Conseil Burkinabè d’anacarde et la réorganisation des marchés des produits des filières porteuses».

Dans la même dynamique, une Brigade Mobile de Contrôle et de Répression des Fraudes a été mis en place et un nouveau code des investissements a été adopté, a-t-il indiqué.

Les réformes opérées par le gouvernement vont en droite ligne de l’axe 3 du Programme National de Développement Economique et Social (PNDES) adopté le 20 Juillet 2016.

A ce jour, le sésame et l’anacarde constituent les 2e et 3e produits d’exportations du Burkina Faso derrière le coton.

Agence d’Information du Burkina

Wis/ata

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here