Burkina Faso-Presse-Revue

Terrorisme et politique se partagent la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 1er juin 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè lus par l’AIB ce lundi, traitent de sujets essentiellement liés aux faits de société, à la politique, ainsi qu’au terrorisme.

L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, titre: «Attaque convoi humanitaire et sanitaire: Des terroristes font une dizaine de morts à Barsalgho (Centre-nord)».

Selon le confrère, les faits se sont déroulés le samedi 30 mai dernier, peu après 16 heures (locales et Gmt), lorsqu’un convoi humanitaire et sanitaire escorté par la gendarmerie, a été attaqué par des individus armés non identifiés.

De son côté, Le Pays, autre quotidien privé, évoque l’attaque d’un marché de bétail dans la région de l’Est du Burkina Faso, précisant que 25 personnes y ont perdus la vie.

A ce sujet, Aujourd’hui au Faso (privé), parle de «48 heures infernales au Burkina Faso».

Le journal rapporte que «ce 30 mai en effet, juchés sur des motos, à 2 sur chaque engin motorisé, des éléments d’une sorte d’apocalypse, emmitouflés dans des tenues des Forces de défense et de sécurité (FDS) ont tiré sur des personnes dans le marché de bétail de Kompienbiga (sur l’axe Fada-Pama, à l’Est du Burkina) étalant 25 victimes».

A en croire Aujourd’hui au Faso, le nombre de victimes mentionné plus haut, est non exhaustif, puisque «selon les derniers témoignages, les villageois auraient inhumé 37 corps, si fait qu’à l’évidence le bilan des tués dépasse largement les 25».

En politique, Sidwaya revient sur le congrès ordinaire de l’Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS), tenu du 29 au 31 mai, mentionnant que Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président du parti, qui avait annoncé son départ à la tête de la formation politique,  a été reconduit.

D’où le titre: «Présidence de l’UNIR/PS: Le faux départ de Bénéwendé Sankara».

Le quotidien national aborde également la reprise (ce lundi 1er juin) des cours dans les classes d’examens, soulignant que «les syndicats de l’éducation (sont) en rangs dispersés».

Quant au journal Le Pays, il parle du couvre-feu instauré pour limiter la propagation de la maladie à coronavirus (Covod-19), renseignant que des manifestants pour la levée de la mesure ont été dispersés à coup de gaz lacrymogènes, samedi dernier à Bobo-Dioulasso.

Le même quotidien privé rapporte à sa Une, les propos de Me Gilbert Ouédraogo, président de l’Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA, opposition) qui dit: «Si ça (couvre-feu, Ndlr) continue, nous allons attaquer cette décision devant le juge administratif».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here