Côte d’Ivoire-Justice-Procès-Acquittement-Assignation-Autorisation

La Cour pénale internationale autorise Laurent Gbagbo à quitter la Belgique sous conditions

Ouagadougou, 29 Mai 2020 (AIB) – La Cour pénale internationale (CPI) a autorisé jeudi, l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo (74 ans), acquitté début 2019 de crimes contre l’humanité mais assigné à résidence à Bruxelles, à quitter la Belgique sous certaines conditions.

Selon les préalables établis par les juges de la CPI, tout pays où M. Gbagbo, qui a dirigé la Côte d’ivoire de 2000 à 2011, souhaite se rendre devra accepter de le recevoir et figurer parmi les 123 pays qui reconnaissent la compétence de la CPI.

En Côte d’Ivoire, la décision est vivement saluée par les partisans et alliés de l’ex président.

«Nous sommes contents, c’était important que ces restrictions soient levées», a réagi auprès de l’AFP Franck Anderson Kouassi, le porte-parole du FPI qui dit attendre «maintenant la date de son retour au pays» pour «l’accueillir».

L’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié, chef du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), principal mouvement d’opposition, a fait part de sa «joie», estimant que cette décision de justice est «un moment de bonheur pour la majorité des Ivoiriens».

Le PDCI et le FPI ont conclu un accord politique en vue des prochaines élections présidentielles et législatives.

Cette autorisation intervient après plus de sept ans de détention à la Haye, de l’ex président pour crimes contre l’humanité suivis de 17 mois d’assignation à résidence à Bruxelles depuis son acquittement en janvier 2019.

A la suite de cette décision, les juges ont rejeté la demande de liberté sans condition présentée par l’ex-chef d’État ivoirien, rendant incertain son éventuel retour en Côte d’Ivoire, où il est d’ailleurs condamné depuis janvier 2018, à 20 ans de prison et 329 milliards FCFA d’amende dans une affaire de «braquage» de banque.

Son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), lui se prépare à l’élection présidentielle prévue en octobre 2020 sans avoir pour le moment donné le nom de son candidat.

Une présidentielle à laquelle l’actuel président de la république Alassane Ouattara ne se représente pas.

Agence d’information du Burkina
Wis/ab

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here