Les Forces armées burkinabè travaillent dans le respect des droits humains (Premier ministre)

Ouagadougou, 19 mai 2020(AIB)-Le Premier ministre burkinabè Christophe Dabiré a assuré mardi que les Forces armées travaillent dans le respect des droits humains, alors qu’elles sont accusées d’avoir exécuté sommairement le 11 mai, douze civils à l’Est du pays.

Accusées d’avoir exécuté sommairement le 11 mai, douze civils peuls à l’Est du pays, les Forces armées du Burkina avaient été également accusées par le Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), d’avoir violenté le 2 mai, des réfugiés maliens à Mentao (Sahel), et également par Human Rights Watch d’avoir exécuté sommairement 31 civils peuls à Djibo (Sahel).

En réponse à ces accusations, le Premier ministre burkinabè Christophe Joseph Marie Dabiré, a assuré qu’ »elles (Forces armées) interviennent en ayant à l’esprit, le respect des droits humains et la sécurité des personnes qui ont trouvé refuge au Burkina Faso ».

Le Premier ministre burkinabè s’exprimait lors de son discours sur la situation de la Nation, prononcé mardi, devant les députés de l’Assemblée nationale.

«D’ailleurs, le rapport présenté par notre pays l’année dernière, devant le Comité des Nations Unies de lutte contre la torture, (…) a valu au Burkina Faso d’être élu comme membre du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU», a argumenté M. Dabiré.

«De même, les progrès accomplis en matière de gestion des réfugiés ont favorisé l’acceptation de notre candidature comme membre statutaire au Comité Exécutif du Programme du Haut-commissariat des nations Unies pour les réfugiés», a-t-il ajouté.

Agence d’information du Burkina

lP/ata/ak

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here