Acte 2 : Mamadou Dango, «le génie» incompris de la science burkinabè (Portrait)

Ouagadougou, 14 mai 2020 (AIB)-L’adage selon lequel nul n’est prophète chez soi, s’applique à Mamadou Dango (56ans). Adulé dans plusieurs pays africains et occidentaux, cet égyptologue burkinabè est taxé de fou dans son propre pays, alors qu’il rêve de révolutionner le monde par les mathématiques et la recherche scientifique. Voici son portrait complet…

 

                 Le Coran, l’élément déclencheur du ‘’génie’’ de Dango

 Mamadou Dango est né le 15 mars 1964 dans la cour de l’Eglise catholique de Réo (Centre-ouest du Burkina, province du Sanguié), alors que sa maman Aïcha Kanzié avait quitté clandestinement le village de Pouni-Nord pour se rendre à Zoula, au chevet de son époux malade, Boukary Dango, nous apprend-t-il le 10 avril à son domicile à Gounghin, secteur n° 7 de Ouagadougou.

Ce futur potentiel catéchumène, n’a pourtant pas découvert premièrement son amour pour la recherche et les pyramides dans la Bible, mais dans le Coran.

En 1986, l’enseignant en poste à Namissiguima, 25km de Ouahigouya dans le Nord, tombe gravement malade et plonge dans le coma pendant trois jours.

A son réveil, le Coran qu’il a obtenu auprès du guide spirituel, le Cheick de Ramatoulaye, sera son livre de chevet pendant sa convalescence.

«C’est en lisant la version française, que fortuitement des versets ont attiré mon attention. J’ai relevé des indices à connotations géométriques et commencé mes tracées», nous raconte-t-il.

Pendant cinq ans, de tracées en tracées, M. Dango est parvenu à un plan très complexe.

«Comme je ne savais pas à quoi cela renvoyait, j’ai donc pris ce plan que j’ai affiché sur un tableau dans mon salon que j’observais chaque matin en prenant mon café. Et un jour, l’intuition m’est venu qu’il s’agit d’une forme pyramidale.  Du coup, j’ai vu deux pyramides. C’est ainsi que j’ai commencé mes recherches sur les pyramides», explique le savant.

 «J’ai repris le plan et en voyant sa géométrisation, sa modélisation, j’ai vu qu’il y avait le plan de six pyramides disposées de la même manière du nord au sud, exactement comme les six mêmes pyramides du plateau de Gizeh en Egypte.  Du Nord au Sud, on avait Kheops, Kephren, Mykérinos et trois petites pyramides dites des reines.

C’était le plan de Kheops disséminé, éparpillé sous forme de versets et d’indices dans les livres saints, anciens et même dans la tradition orale africaine sous forme de devinettes et de contes qu’on avait jamais retrouvées», retrace encore le scientifique.

L’injustice des révolutionnaires

Mamadou Dango se dit très déçu de l’administration et des chercheurs burkinabè.

Rien ou pas grand-chose ne prédestinait Mamadou Dango à la recherche, raconte sa mère Aïcha Kanzié, le 25 avril 2020.

En 1969, son époux Boukary Dango, alors sous-officier militaire au camp Guillaume Ouédraogo de Ouagadougou, décide de soustraire son fils de cinq ans de la destinée de chef Dozo qui l’attendait.

Le petit étant né le jour de la grande cérémonie des forgerons et des Dozos, il devait commencer son initiation à l’âge de 7 ans en tant que successeur du redoutable Dozoba, Kacouli Dango, le grand frère de son papa.

A son arrivée à Ouagadougou, le gamin fit son entrée à l’école primaire du camp, puis à celle de «Gounghin Nord», actuelle, «Gounghin Nord A».

Après son certificat d’études primaires (CEP), il est inscrit au lycée Dimdolobsom. Élève très brillant, ses professeurs de mathématiques et de français plaident pour qu’il saute la classe de 5ème.

En classe de 4e, il tient la tête jusqu’à l’obtention de son Brevet d’études du premier cycle (BEPC). Déjà en 3e, le jeune lycéen résolvait les problèmes de mathématiques de la classe de terminale.

Suite à des difficultés financières, Mamadou Dango est contraint de s’inscrire en cours du soir au Centre « Entraide culturelle burkinabé », près du lycée Phillipe Zinda Kaboré. Il met à profit ses journées pour s’adonner à l’électronique.

«Je me suis mis à réparer des postes de télévisons et de radios», confie-il tout fier. D’où sa passion pour ce domaine. Encouragé par son enseignant de mathématiques et de physique par ailleurs agent de l’ONATEL, Casimir Tapsoba, Mamadou Dango se présente dès sa 2nde à l’examen du baccalauréat série «C», en candidat libre  et décroche son premier diplôme universitaire en 1983.

La remise en question des normes et l’envie de sortir des sentiers battus qui décrivent au mieux M. Dango, allaient transparaître dès son entrée dans la vie active comme enseignant à l’école primaire de Namissigima (1984-1987), avec la ferveur de la Révolution.

Dès ses premiers mois de service, le jeune instituteur se met à la rédaction d’un essai sur «L’enseignement du primaire au Burkina Faso de 1960 à nos jours».

Ses supérieurs hiérarchiques lui rappellent vertement qu’il n’est qu’un agent d’exécution et non de conception.

Un jour de 1987, il boucle à vélo les 25 km qui séparent son domicile au chantier de construction des 25 villas de la cité du 4 Août, lancé par le président Thomas Sankara.

Le superviseur du chantier de l’époque, un regretté lieutenant dont nous taisons l’identité, obtient son licenciement de la Fonction publique pour son retard de 20 minutes, interprété alors, comme une attitude contre-révolutionnaire.

Salimata  Doumbia, l’étoile de Dango

En 1993, Mamadou Dango a intrigué plus d’un Burkinabè avec ses découvertes.

Frustré, l’ancien instituteur décide de poser ses valises en 1987 à Abidjan en Côte d’Ivoire où il devient un agent d’entretien chez la doyenne de la Faculté de Mathématiques à l’Université de Cocody Salimata Doumbia.

Il n’a pas toutefois renoncé à sa volonté de poursuivre ses recherches sur les pyramides d’Egypte et les monuments anciens.

«Un jour, très fatigué, je me suis endormi dans son garage, avec un livre de mathématiques de la 2ème année d’université. Étonnée de voir un agent de nettoyage avec un tel document, Salimata Doumbia m’interroge.

Et lorsque je lui ai raconté mon histoire, elle s’est portée volontaire à me soutenir pour que je puisse poursuivre mes études.

Madame Doumbia m’a non seulement facilité mon inscription dans son département mais elle m’a aussi offert un toit jusqu’à l’obtention de ma licence en Math-physique», retrace M. Dango.

Avec ce diplôme, il décolle pour Israël, et ce, grâce à la première conseillère de l’ambassadeur d’Israël à Abidjan en Côte d’Ivoire qu’il a connue lors de ses multiples recherches en bibliothèque.

Ayant remarqué l’intérêt de l’étudiant burkinabè pour les mathématiques et l’architecture des monuments anciens, la diplomate juive, aidée par son richissime oncle, lui ouvre le sésame de son pays.

«C’est là-bas que j’ai soutenu (en juillet 1993) en tant qu’architecte des monuments anciens et en mathématiques appliquées», conte-t-il.

Auparavant, Mamadou Dango a fait un tour au Burkina Faso en 1992 pour s’inscrire à l’Institut des peuples noirs (IPN), dirigé à l’époque par l’homme de théâtre Prospère Kompaoré.

                                          L’émission télé à problèmes

«Je ne regrette pas d’avoir reçu Dango. J’aimais son obstination », Yacouba Traoré à gauche.

En décembre 1993, les Burkinabè découvrent le jeune chercheur sur les antennes de la télévision nationale du Burkina.

«Il va bien Dango ? Je l’avais oublié, car cela fait plus de 20 ans», s’est empressé de demander le journaliste qui l’avait reçu, Yacouba Traoré), le 14 avril 2020.

Très enthousiaste, d’avoir eu les nouvelles de Dango, ce nom, qui l’a fait voir de toute les couleurs, après son passage à l’émission, l’ancien présentateur du midi-magazine, raconte.

«Un jour, Dango est venu me voir, parce qu’il souhaiterait passer au midi-magazine pour présenter une découverte très importante qui explique le plan du monde.

Il s’agissait du plan cosmique dissimilé dans les livres saints. Lorsque j’en ai parlé à mon rédacteur en chef, il m’a déconseillé de recevoir ce fou.

Mais j’ai fini par convaincre mon patron et c’est ainsi qu’une émission spéciale a été réalisée pour la circonstance. Et ces propos ont intéressé plus d’un Burkinabè», se souvient-il, même si la suite a été difficile à gérer pour lui et son média.

«Il avait fait des affirmations qui posaient des problèmes de sécurité. Le lendemain, le chef de programme a failli fuir son bureau à cause des appels qui pleuvaient de partout.  Le bureau militaire du Premier ministre, l’actuel président du Faso Roch Kaboré, a même appelé et demander une copie de l’émission», se rappelle-t-il toujours.

Du coté des chercheurs, le journaliste a été taxé d’avoir reçu un fou qui a dérouté les gens et non un chercheur.

«Je ne regrette pas de l’avoir reçu. J’aimais son obstination. Il était déterminé à expliquer quelque chose et en tant que journaliste, je me devais de le recevoir, même si je devais m’entourer de garde-fous», explique Yacouba Traoré, qui le prenait plutôt pour un illuminé.

Avec l’audience de Dango, le journaliste prévoyait de mettre en place une émission scientifique consacrée à la vulgarisation des résultats des chercheurs africains.

Une émission qui ne verra pas le jour, puisque Yacouba Traoré a été affecté à Paris. Un départ qui lui avait été prédit par son illuminé.

«Il me bousculait pour que l’émission puisse se tenir le plus rapidement possible car selon lui, dans quelques temps j’irai travailler hors du pays. C’est à la suite de cela que j’ai été détaché à l’ambassade du Burkina à Paris».

           Le scanneur, l’arme et le forage de Dango

Depuis 1993, Mamadou Dango peine à se faire accepter au sein des scientifiques.

Pour sa part, Dango assume le fait qu’on continue de le considérer comme un fou. Seulement, il se dit convaincu que ce fou peut faire évoluer la science au Burkina.

En plus des chercheurs de l’IPN et des étudiants de la génération Cheik Anta Diop, c’est le Premier ministre de l’époque, Roch Marc Christian Kaboré, qui a cru au jeune chercheur.

«Il m’a offert un bureau au Premier ministère où   j’effectuais mes recherches», confie-t-il.   Mais, au moment de prendre son envol, M. Kaboré quitte la primature.

Toutefois avant de partir, il a, à travers une note officielle, reversé le chercheur au ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, précisément au CNRST (Centre nationale de la recherche scientifique et technologique).

Dans ces locaux, un comité scientifique a été mis en place pour étudier les trois projets de recherches de Mamadou Dango.

Le premier portant sur l’eau, consistait à réaliser un forage capable d’alimenter une ville de 140 000 habitants pendant plus de 147 ans.

L’idée en question aurait été mise en œuvre en 2002 par un de ses amis, un officiel tchadien au Nord de son pays.

Le 2e projet est relatif à la réalisation d’un scanner.

«Ils ont dépensé près de 700 millions FCFA pour le scanner de Yalgado, pourtant, je n’avais besoin que de 11 millions FCFA pour mon prototype de scanner. Souvent je me dis que l’Etat a tellement de moyens qu’il n’a pas besoin de recherche scientifique», lance-t-il tout désespéré.

Le 3e projet consistait à utiliser le système inverse du scanner pour fabriquer une arme électro-magnétique capable de détruire une cible «à plus de 22 000 mètres et 44 000 m2 de surface».

«Si en 1999, on avait commencé la réalisation d’une telle arme, on allait être capable de nos jours de déminer toute mine à plus de 56 m en dessous du sol, sauter un char et détruire une cible en hauteur avec une capacité de balayage au sol et sans bruit», avance Dango.

Seul le projet du forage avait été retenu mais non réalisé. Aujourd’hui, encore, le chercheur soutient pouvoir toujours réaliser ses projets, si on lui donne les moyens nécessaires.

Le périple de Dango

 

Dango peut néanmoins compter sur son épouse, ses six filles et ses deux petits-enfants.

 Les portes du succès se sont ouvertes en 1998 au Kenya au chercheur qui se tournait les pouces au CNSRT et à l’Université de Ouagadougou.

«A Nairobi, j’ai travaillé avec une équipe de recherche scientifique de plusieurs pays. Mon premier salaire valait 9 mois de salaires cumulés dans mon propre pays », a-t-il soutenu.

Du Kenya, il explore le monde   à la recherche des documents pour valider ses résultats, sur les pyramides, les monuments anciens et le plan cosmique.

D’Israël, aux Etats Unis  en passant par l’Angola, le Gabon, le Soudan, et l’Egypte qu’il découvre pour la première fois en 2002, alors qu’en en 1986, il avait découvert la première partie du plan des pyramides sans y mettre pieds.

Il séjourne également en Turquie, au Cambodge, au Vietnam, au Laos, en Birmanie, en Syrie et au Liban pour des missions de recherches.

C’est en Israël, qu’il découvre la deuxième partie «du code du plan de l’univers».

Informés de cette grande découverte, des chercheurs de la NASA l’invite aux Etats-Unis.

Il devrait même s’y installer définitivement. Mais le rêve américain fut vite brisé avec le décès du chef de département de physique et la réorganisation de la NASA ordonnée par le Président Barack Obama.

Alors, Mamadou Dango se consacre de nouveau à ses travaux et parvient à publier trois ouvrages.

Ce sont «La 7ème pyramide», « L’Enigme levée» et «L’Unique loi sur l’origine physique et biologique de l’univers ou la théorie des champs unifiés», publiés respectivement en 2014, 2016 et 2019, mais méconnus des Burkinabè.

Comment Bibata est tombée folle amoureuse du  »fou » ?

Dango ne cesse de remercier le Ciel pour la formidable épouse qui partage sa vie depuis 26 ans.

Pour la quiétude de sa famille, il lui a fallu trouver une femme qui comprenne et supporte ses longues absences. Et cette dame n’est autre que Bibata Tapsoba, la mère de ses 6 filles dont deux jumelles.

«Je l’ai vu pour la première à la télévision nationale lorsqu’il parlait de ses pyramides en décembre 1993», confie son épouse.

Ce jour, elle a passé tout son temps à l’insulter. « Regardez- moi ce type avec sa grosse tête en train de dire du n’importe quoi à la télé », raconte-t-elle en souriant.

Pourtant son frère chez qui elle vivait, le trouvait bien intéressant.

«Il m’a dit de ne pas l’insulter parce qu’il a l’intention de nouer une amitié avec lui. Et pour être plus proche de lui, il nous a fait déménager dans le même quartier que Dango à Gounghin », poursuit-elle dans ses explications.

En ce moment, mademoiselle Bibata était loin d’imaginer que l’homme qu’elle qualifiait de vilain et de fou, allait être son mari.

A l’époque la commerçante de Bazin livre à crédit un complet de pagnes à Dango pour sa maman. Le chercheur l’invite à passer chez lui pour récupérer son argent et profite de l’occasion pour courtiser la belle Bibata.

Peu de temps après, le chercheur fait part de ses intentions au frère et tuteur de Bibata. Son accord marquera le début de leur histoire d’amour qui a abouti à un mariage religieux, en 1994.

A l’époque, dans son quartier, beaucoup de femmes reprochent à Bibata, son choix de vivre avec un fou.

Certaines même lui ont conseillé de partir pour sa sécurité et pour éviter d’être tuée un jour. Des avertissements qui n’ont pas dissuadé Madame Dango d’abandonner son époux.     

Stabilisé au pays depuis 2009, l’égyptologue a créé en 2018, Beydari International Agency, un bureau de recherche scientifique, expertise industrielle, énergie, mine, et carrière, technologie, hydrologie, architecture et archéologie.

Aujourd’hui, c’est un homme très déçu de l’administration et des chercheurs burkinabè. Même s’il dit ne pas avoir de problème particulier avec les chercheurs, il leur reproche leur manque d’initiative et d’objectivité.

Il condamne particulièrement l’exclusion scientifique des confrères et leur autosuffisance, c’est-à-dire, «le sans moi, personne ne peut rien trouver».

Il trouve cette attitude suicidaire. Loin de l’arène politique, Mamadou Dango dit s’attacher à des valeurs telles que la modestie, l’humilité, la vérité et la foi.

«Dango mérite un prix Nobel»

Remetou Maryimana :  »Il n’est pas tard pour donner à Monsieur Dango, la place qui lui revient dans le monde de la recherche burkinabè ».

«Dango n’est pas fou, ce sont plutôt ceux qui le traitent de fou qui sont fous», lance le jeune écrivain burkinabè Remetou Maryimana, un fervent admirateur du chercheur controversé.

En 2013, après une émission RTB matin sur Dango, comme mu par une attraction, Remetou arrive à se procurer l’ouvrage «La 7è pyramide» auprès d’un membre de l’équipe de réalisation.

«Avec ce que j’ai vu à la télévision, il me fallait lire son ouvrage pour comprendre la grandeur de ce monsieur.  Tout de suite, j’ai eu un pincement au cœur de savoir que le Burkina Faso dispose d’une telle sommité, et que nulle part, elle n’est connue et ou enseignée dans le programme scolaire», clame-t-il.

Ses rencontres et son amitié avec le chercheur, lui ont permis de comprendre que l’on ne peut se développer que par le progrès scientifique.

Dans son ouvrage aussi empreint de science «1 descendant d’Abraham en 3 dimensions», Remetou Maryimana, fait les éloges de Nelson Mandela et de Mamadou Dango, estimant que ce dernier mérite également un prix Nobel.

Son chef d’œuvre s’inspire en effet de «La 7e pyramide » de Mamadou Dango et d’«Un long chemin vers la liberté» de Nelson Mandela.

«Sa personne (Mamadou Dango) m’a inspirée en ce sens que quand j’ai lu son ouvrage, j’ai vu que c’était une production de qualité.  Cette qualité est venue rencontrer en moi le désire d’écrire.

Dans la vie, il n’est jamais tard pour bien faire. Alors s’il y a une interpellation à l’autorité, aux décideurs politiques, il faut mettre les bouchées doubles pour redonner à ce monsieur la place qui lui revient dans le monde de la recherche burkinabè», plaide-t-il.

Agence d’information du Burkina

Mariam OUEDRAOGO

mesmira14@gmail.com

Rabiatou SIMPORE

rabysimpore@yahoo.fr

Crédit photos : Rémi  ZOERINGRE

Lire aussi: «Je suis à mesure d’empêcher quelqu’un de tomber malade du Coronavirus(cliquez)

 

 

 

 

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here