A vector illustration of Muslim African Family Studying Quran Together

Chroniques 3/3 : Le musulman responsable assure la formation spirituelle de sa famille

Ouagadougou 13 mai 2020 (AIB)-Le musulman responsable ne doit pas se préoccuper uniquement de répondre aux besoins primaires des membres de sa famille, mais également assurer leur éducation spirituelle à la lumière du Coran, a affirmé l’Iman Inoussa Compaoré dans sa troisième et dernière chronique consacrée au Saint Livre.

‘’Louanges infinies à Allah  pour avoir révélé graduellement le Livre du discernement à Son Serviteur pour qu’il avertisse l’Univers. Louanges infinies à Lui pour Ses innombrables bienfaits. Que Sa paix et Ses bénédictions se déversent abondamment sur Son noble Prophète Mouhammad ainsi que sur ceux qui le suivent.

« Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui ont appris le Coran, et l’ont enseigné ensuite », nous dit le Prophète selon Ousmane Ben Affan. Chaque musulman doit faire de l’éducation de sa famille une priorité. Nous sommes tous issus de familles. Et si la société va mal, il faudrait interroger sa cellule de base qu’est la famille.

Nous avons, aujourd’hui, l’impression qui devient, de plus en plus, une certitude que la famille est en déroute pour avoir abandonné sa mission première qui est de produire des hommes responsables pour la société.

On se demanderait même si, en lieu et place d’une bonne éducation, les enfants ne sont pas élevés tant la préoccupation des parents semblent se limiter aux besoins primaires (donner à manger et à boire, un toit où s’abriter, …).

Chacun est préoccupé par la quête de la pitance quotidienne et les enfants sont laissés à eux-mêmes, à la télévision, aux réseaux sociaux ou aux filles de ménages. Et nous semblons, dans cette situation, étonnés par ce qu’ils deviennent.

Le musulman conscient et responsable sait, pertinemment, qu’il est responsable de sa personne mais aussi de sa famille. Il devra, pour cela, rendre compte devant Son Seigneur le jour venu.

Il doit, alors, éduquer sa famille conformément aux enseignements de sa foi. L’idéal voudrait, que lui-même trouve du temps pour assumer cette responsabilité.

Cela aura pour avantage de renforcer la cohésion familiale, cultiver l’amour au sein de la famille et de pouvoir suivre chaque membre individuellement en fonction de ses besoins.

Au cas où le chef de famille manque de compétences requises pour l’éducation spirituelle de la famille, la communauté doit s’organiser de sorte à ce que les mosquées prennent le relais.

Et il faudrait, pour cela, que les mosquées cessent d’être des lieux de culte au sens premier. Elles doivent devenir des écoles, des universités avec des programmes bien adaptés pour chaque niveau de l’éducation des enfants.

Les enfants, à la descente de l’école, pourraient y passer le temps entre Magrib et Icha pour cette éducation. Et toutes les matinées des week-ends doivent être réservées à cela.

Les Imams ne devraient plus être de simples ‘‘Directeurs de prières’’ mais des cadres bien formés aux charges de la communauté et ils devraient pouvoir lui rendre compte pour cela.

Mais en attendant cette organisation de la communauté au niveau des mosquée qui se met progressivement en place, chaque parent manquant des compétences pourraient recruter, comme on le fait très souvent pour les autres disciplines scolaires, des éducateurs islamiques pour les enfants à la maison et pour les temps indiqués plus haut.

Dans tous les cas, nous devons savons que la récitation du Coran est une lumière pour la maison et pour le lecteur. Elle est une guérison. Tant de personnes souffrent pour des problèmes de sorcellerie, de possession de djinns, de femmes et maris de nuit et de mauvais œil.

Par le Coran, vous trouverez une issue favorable. Le Coran est, aussi, une protection contre le mal des créatures.

«Je cherche protection auprès d’Allah par Sa parole parfaite contre le mal de Ses créatures », nous enseigne le prophète comme invocation. La lecture du Coran est source de paix intérieure, la quiétude, la sakina ainsi que la miséricorde et sans oublier le pardon d’Allah.

Puisse Allah nous accorde Son pardon, nous faire davantage miséricorde et nous agréer.

NB : La foi musulmane est une foi active qui impose un devoir de présence.

Dr Inoussa COMPAORE

Imam à l’AEEMB et au CERFI

Tel : 70 95 91 28

Email : nouscom@yahoo.fr

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here