Burkina Faso-Presse-Revue

Eddie Komboïgo et Covid-19, en vedette dans la presse burkinabè

Ouagadougou, 11 mai 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi abordent l’actualité concernant le coronavirus (Covid-19), sans oublier de commenter largement, l’élection de Eddie Komboïgo, la veille, comme candidat du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, opposition) à la prochaine présidentielle.

«Présidentielle 2020: Eddie Komboïgo pour défendre les couleurs du CDP», arbore à sa Une, le quotidien privé Le Pays qui informe que la désignation du candidat de l’ex-parti au pouvoir à la présidentielle a eu lieu, hier dimanche à Ouagadougou, par un collège  mis en place à cet effet.

Le journal fait remarquer qu’en absence de consensus, il (Eddie Komboïgo) a obtenu 133 voix contre 21 pour son adversaire, le député Yahaya Zoungrana.

«Quant à Mahamadi Kouanda, sa candidature a été rejetée pour manque de certificat de nationalité et de casier judiciaire selon certains membres du parti», relate Le Pays.

A ce sujet, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, souligne que «Mahamadi Lamine Kouanda,  qui était initialement sur la ligne de départ, a  vu son dossier de candidature invalidé parce qu’incomplet».

Pendant ce temps, le quotidien national Sidwaya affiche: «Primaires aux CDP: Eddie Komboïgo sans coup férir», là où Aujourd’hui au Faso (privé) mentionne: «Course pour le palais de Kosyam: Eddie Komboïgo,  porte-étendard du CDP».

Le Quotidien, autre journal privé, se contente de titrer: «Candidat du CDP à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020: Eddie Komboïgo plébiscité par le collège électoral».

Le même quotidien évoque l’actualité  relative au coronavirus, signalant que «l’OMS apporte un appui matériel d’une valeur de 38 millions 800 mille F CFA».

Pour sa part, L’Observateur Paalga revient sur report de la reprise des cours au Burkina Faso, soulignant la «difficile équation pour le mathématicien Ouaro (Stanislas, ministre de l’éducation)».

Dans son éditorial intitulé: «Rester vigilant», Sidwaya rappelle qu’après la levée de la quarantaine des villes touchées par le COVID-19, le Premier ministre, Christophe Dabiré, a annoncé, le mardi 5 mai dernier, l’allègement des restrictions de libertés en vue de permettre la relance de l’activité économique.

Pour l’éditorialiste, «l’autre mesure-barrière spéciale à observer dans le processus d’allègement est la discipline, pour ne pas brûler par les deux bouts les résultats acquis» car, conclut-il, «ce serait bien dommage que l’on retourne à la case-départ».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here