Burkina-Education-Syndicats

Reprise des cours: des syndicats appellent à sauver l’année scolaire et universitaire

Ouagadougou, 6 mai 2020 (AIB) – Des syndicats de l’éducation ont appelé les acteurs à reprendre les cours le 11 mai prochain afin de sauver l’année scolaire et universitaire suite à la fermeture des établissements et universités, en raison de la pandémie de la maladie à coronavirus, apprend-on mercredi à travers une déclaration.

«Militantes, militants, sympathisantes et sympathisantes, en vue sauver l’année scolaire à l’heure où plane le spectre d’une année blanche aux conséquences dramatiques pour les élèves, les parents, l’administration scolaire et la nation entière, le gouvernement entend rouvrir les classes à partir du 11 mai 2020 en commençant par une reprise administrative», indique une déclaration publiée dans Sidwaya.

Le document signale que plusieurs syndicats de l’éducation exhortent les acteurs à reprendre les cours le 11 mai prochain sur toute l’étendue du territoire national afin d’éviter une année blanche au Burkina Faso.

Du 16 mars au mardi 31 mars dernier, les établissements scolaires et universitaires fermaient leurs portes en raison de la pandémie de la maladie à coronavirus avec la confirmation de 15 cas selon le ministère de la Santé.

Les syndicats disent être satisfaits, car plusieurs de leurs propositions ont été prises en compte par le gouvernement dans la reprise des cours à cette période de Covid-19 au Burkina.

Comme doléances évoquées, il s’agit, entre autres, de l’ouverture progressive des classes en commençant par les classes d’examen, d’une perspective de dérogation en vue de valider les deux trimestres des classes intermédiaires, de la mise en place de mesures barrières pour éviter la propagation du virus.

«Nos organisations syndicales marquent leur accord de principe pour la reprise des classes. Toutes les activités pédagogiques et administratives peuvent donc reprendre normalement», soutiennent-ils.

Selon eux (syndicats), pour éviter une reprise suicidaire des cours, des recommandations ont été formulées à l’endroit des gouvernants tels que la mise à disposition des masques et du savon, l’installation de dispositif de lave-mains des localités touchées par le virus.

A les en croire, deux syndicats frères, à savoir le Syndicat national des professionnels d’orientation scolaire et professionnelle (SYNAPOSPB) et le Syndicat national des personnels des enseignements préscolaire, primaire et du post-primaire (SYNAPEP-B) les a rejoints dans la même dynamique de la reprise des cours prévue le 11 mars 2020.

Les syndicats invitent l’Etat à ouvrir un débat «franc» avec l’ensemble des organisations syndicales de tous les secteurs d’activités en lutte pour un règlement concerté de la question de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) pouvant impacter l’année scolaire et universitaire
Agence d’information du Burkina
NO/ak.
Syndicats

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here