Burkina-Coronavirus-Allègement-Mesures

Burkina: Le gouvernement se réserve le droit de revenir sur l’allègement des mesures restrictives (PM)

Ouagadougou, 5 mai 2020 (AIB) – Le Premier ministre burkinabè Christophe Joseph Marie Dabiré a déclaré mardi, se réserver le droit de revenir sur allègement de certaines mesures restrictives pris pour lutter contre le coronavirus,  si les conditions qui ont prévalu à cela ne sont pas respectées.

Devant la presse publique burkinabè ce mardi,  Christophe Joseph Marie Dabiré a expliqué que le gouvernement a pris l’option d’une reprise progressive des activités après un temps d’observation de l’application des différentes mesures pour empêcher la propagation de la maladie à coronavirus (Covid-19).

A cet effet, la mise en quarantaine des villes du Burkina Faso ayant au moins un cas de Covid-19 a été suspendue, les activités de transport de passagers-voyageurs ont repris et certains lieux de cultes (mosquées) ont rouvert.

«Bien évidemment, nous nous réservons le droit de revenir sur ces mesures» si les populations ne respectent pas les règles édictées pour freiner la maladie, a averti le chef du gouvernement.

La décision d’aller vers l’allégement des différentes mesures, a été prise après concertation avec les différents acteurs des différentes structures, a indiqué M. Dabiré.

Il a précisé que ceux-ci se sont engagés dès la reprise à respecter un certain nombre de mesures pour éviter la propagation de la maladie.

«C’est un processus participatif. Nous ne voulons pas prendre des décisions en conseil des ministres et les imposer aux populations sans les y associer», a-t-il affirmé.

Depuis le 27 avril 2020, le port du masque est devenu obligatoire au Burkina Faso, mais dans les rues de Ouagadougou, les populations ne se bousculent pas au respect de la mesure.

«Nous sommes dans la phase de sensibilisation des populations et après, nous serons obligés de passer à une phase répressive c’est-à-dire une phase de contrôle de l’application de la mesure parce que force doit rester à la loi. Nous ne voulons pas en arriver là», a prévenu le Premier ministre Dabiré.

Agence d’information du Burkina

WIS/ata/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here