Burkina-Liberté-Presse-Célébration-Déclaration

Le Burkina travaille au renforcement de l’indépendance de ses médias (ministre)

Ouagadougou, 4 mai 2020 (AIB)-Le Burkina Faso va prendre «des amendements utiles» pour le renforcement de l’indépendance de ses médias, a annoncé son ministre de la Communication Rémis Fulgance Dandjinou.

«Un travail, en collaboration avec les faitières des médias, est en cours afin d’apporter les amendements utiles pour préserver la liberté de presse et renforcer l’indépendance des médias», a indiqué le ministre de la Communication Rémis Fulgance Dandjinou dimanche, dans son message à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de presse.

Le ministre fait allusion aux  lois sur la presse adoptées en 2015 qui ont consacré la fin des peines privatives de liberté, dans le cas des délits de presse, mais qui ont prévu «des amendes pécuniaires qui peuvent mettre en péril l’existence des médias».

Le thème national de la célébration choisi par les organisations professionnelles des médias est : «Médias, élections et insécurité : faire du journalisme sans crainte ni complaisance».

Cela nécessite, au profit de la presse, selon le ministre, «un dispositif de sécurité et d’indépendance, en toute circonstance (…) à même de juguler les contraintes liées au devoir d’informer, de renforcer les valeurs de probité, d’impartialité et d’équilibre, à l’approche des échéances électorales de 2020 ».

«C’est à ce prix que les médias pourront accompagner la consolidation de la démocratie au Burkina» a-t-il affirmé.

Dans la même dynamique, le ministre annonce que son département, a «mis en chantier une étude sur l’application effective de la convention collective, en vue de contribuer à l’amélioration des conditions de travail des personnels des médias privés et par-delà, assainir le secteur».

Le ministre a également noté «des avancées majeures» concernant «la mise en œuvre du statut portant dérogation aux règles de la comptabilité publique au profit de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) et des Editions Sidwaya (presse publique)».

«Je voudrais rassurer les partenaires sociaux quant au parachèvement du processus de dialogue et la mise en œuvre des dispositions prévues dans les textes» a-t-il indiqué.

Le classement mondial de Reporter sans frontière (RSF), édition 2020, rendu public, le lundi 20 avril 2020, a classé le Burkina Faso à la 38e place, sur un total de 180 pays au monde et à la 5è place africaine.

Le pays a perdu 2 places par rapport à 2019, lié à l’adoption par «l’Assemblée nationale en 2019, d’un amendement du code pénal qui sanctionne lourdement les infractions de «fausses informations» et certaines publications sur les forces de sécurité, selon RSF.

Pour Remis Fulgance Dandjinou, «cette perception peut être atténuée par la réalité des faits sur le terrain où aucun média ne s’est vu sanctionné pour les infractions de «fausses informations» ou de publications sur les forces de sécurité».

Agence d’Information du Burkina

wis/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here