Burkina-Fête-du-Travail-Revendication

Burkina : Les travailleurs comptent faire aboutir leurs revendications malgré la répression, Bassolma Bazié

Ouagadougou, 1er mai 2020 (AIB)-«Les travailleurs burkinabè sauront trouver les ressources nécessaires pour faire aboutir leurs revendications légitimes, malgré la répression», a affirmé jeudi, le leader syndical Bassolma Bazié, au moment où le gouvernement et plusieurs syndicats sont à couteaux tirés.

«Malgré toutes les formes de complots et de répression déployées sur les travailleurs en lutte au Burkina Faso, ceux-ci sauront, comme de par le passé, trouver les ressources nécessaires pour faire aboutir leurs revendications légitimes» a déclaré jeudi, le porte-parole de la Coordination des syndicats du Burkina Bassolma Bazié, à l’occasion du 1er mai.

Le gouvernement a étendu en février, l’impôt (IUTS) sur les primes et indemnités des agents publics pour combler un gap causé, selon lui, par les exactions terroristes en cours dans plusieurs localités du Burkina.

Mais plusieurs syndicats, accusant le gouvernement de gabegie et de mal gouvernance, ont appelé leurs militants à multiplier les actions contre l’élargissement de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS).

«Pendant que des ministres et autres présidents d’institutions s’octroient des émoluments non-conformes aux lois et règlements du pays, le pouvoir d’achat des couches laborieuses est désaxé et laminé par l’institution de divers impôts, taxes, et autres mesures cyniques», s’est plaint Bassolma Bazié, dans sa déclaration du 1er mai.

Il a déploré le fait que le gouvernement «feint d’ignorer la paralysie socio-économique que cette crise sociale crée» et pire a choisi, selon lui, «de réprimer sauvagement les travailleurs à travers des licenciements, des suspensions de salaires, des relèvements de responsables de leur poste et des coupures sauvages de salaires».

Le syndicaliste a aussi dénoncé les «crimes financiers contre lesquels les Burkinabè ont consenti un grand sacrifice, lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, mais aussi pendant la résistance victorieuse (contre le putsch) de septembre 2015».

Parmi ces crimes, les «caisses noires qui passent de 31,5 milliards en 2014 à plus de 205 milliards de nos jours ; le budget d’une Assemblée nationale qui passe de 8 milliards à une vingtaine de milliards», a-t-il indiqué.

Bassolma Bazié a invité les travailleurs à se «mobiliser davantage, à faire preuve d’esprit de sacrifice et de solidarité dans la lutte autour de la plate-forme revendicative de la coalition».

En rappel, l’impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS)qui est le troisième plus important impôt, après la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les impôts sur les bénéfices, a atteint en 2018, un montant de 101 milliards 272 millions 845mille 885 FCFA, selon un article de l’Economiste du Faso, en date du 17 juin 2019.

Agence d’Information du Burkina

wis/ata

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here