FOOT-BUR-SPORT-ENTRAINEMENT-COVID19-REPORTAGE

Lutte contre la Covid-19 : un week-end avec des footballeurs en quarantaine

Ouagadougou, 14 avr. 2020 (AIB) – Un journaliste de l’AIB a passé le week-end du 10 au 13 avril, avec des joueurs de plusieurs clubs de Ouagadougou pour vivre leur quotidien depuis la suspension des activités sportives due à la maladie à coronavirus.

Depuis la suspension des activités sportives au Burkina Faso le 23 mars pour lutter contre le Coronavirus, certains joueurs de la capitale burkinabè ont réorganisé leurs habitudes pour sainement occuper leurs journées afin de rester en forme.

C’est le cas dans la « Zone une » (quartier de Ouagadougou), où des joueurs de près de 5 clubs (RCK, USFA, Salitas FC, EFO, AS Douanes) se retrouvent dans leur « grin » pour mettre en place une organisation pour s’entrainer sur le terrain du RCK.

« L’idée est venue de tout le groupe », nous explique un des leaders du « grin », le gardien de but de l’AS Douanes, Babayouré Sawadogo qui précise que pour lui, « étant gardien de but, ça se passe dans les buts ». Il maintien donc sa forme (les réflexes, les déplacements, la capture de la balle etc.) sous la houlette de l’actuel entraineur des gardiens de but du leader du Fasofoot, Salitas FC, Amadou Séré.

C’est ce dernier d’ailleurs qui joue le rôle de coach de tout le groupe et tout le monde l’a adopté et le respecte. « J’ai voulu commencer avec Baba (ndlr : Babayouré Sawadogo, gardien de but de l’AS Douanes) et les autres ont suivi le pas (au lieu de seulement jouer au lido, dame ou scrabble…) », a-t-il dit.

Amadou Séré ajoute que « l’ambiance est bonne et chacun essaie de garder sa forme ». Mais qu’administre-t-il à ses amis, lui qui n’est encore pas un entraineur confirmé ? « C’est des exercices habituels dans les clubs. Des mises en train et rien d’extraordinaire. Je fais du volontariat, ce n’est pas un entrainement complet d’équipe. Chacun vient pour apprendre », a répondu coach Séré.

Il rassure que « si le championnat venait à reprendre, ils (le groupe qu’il entraine : ndlr) seront des têtes d’affiche, les meilleurs ».

Le sociétaire de l’USFA Roger Sirima qui apprécie positivement cette organisation entre amis, affirme que c’est « un bonus » pour lui parce que dans son club déjà le préparateur physique leur a confié un programme spécifique individuel à tout le groupe USFA.

« Chaque lundi et sur trois jours d’affilé, chacun essaie de suivre ce programme de son côté. Le préparateur physique balance ça dans le groupe (watsapp :ndlr). Moi je le suis les matins et le soir si la forme y est toujours je viens ici sur le terrain du RCK avec les amis », a-t-il mentionné.

Son travail individuel édicté par son club, toujours en règle en terme de motivations salariale, est axé sur « l’endurance capacité, souvent la musculation. On nous avait donné ce programme pour aller en salle de gym mais avec la situation du Covid-19, les salles sont fermées et chacun suit le programme de son côté ».

Mais pour lui le travail collectif a un grand apport. « C’est bénéfique et c’est très important de travailler ici avec les amis. Un joueur qui s’entraine seul perd beaucoup de choses puisque le football est un sport collectif. Quand on se retrouve entre amis ça fait plaisir. Ça nous permet de maintenir même la cohésion. Ce qu’on gagne ici c’est le travail collectif. On touche au ballon, on coure et on joue entre deux équipes. Avec la présence des gardiens de buts on arrive à s’exercer dans les frappes », a fait savoir le défenseur central de l’USFA.

Ce groupe d’amis que nous avons côtoyé  s’entraine avec les moyens de bord : une dizaine de ballons, des plots, des chasubles et de l’eau de rafraichissement, sous les directives effectives de « coach » Séré.

« On fait avec les moyens que nous avons. J’avais quelques ballons et les chasubles  à la maison, Sirima aussi avait quelques ballons à la maison. Nous avons également des éléments du RCK avec nous puisqu’on s’entraine sur leur terrain, on emprunte deux à trois ballons avec eux. S’agissant de l’eau chacun met la main dans la poche. Aujourd’hui ça peut être moi, demain une autre personne », nous a clarifié Babayouré Sawadogo.

L’appel des joueurs de ce grin contre la Covid-19

Les après-midi du lundi au vendredi sont réservés aux entrainements et la matinée réservée au grin. Le groupe observe une pose les samedis et dimanches et se retrouve au grin de thé pour passer le temps avec les jeux de société.

A la population, Roger Sirima appelle au « respect des consignes et aux gestes barrières surtout et aux sportifs, il ne faut pas dormir car si tu t’endors une semaine c’est deux mois de forme physique que tu perds ».

Le gardien de but des Etalons Babayouré appelle « tous les sportifs à se protéger, à respecter les consignes édictées par le gouvernement ». Il conseille tous ces camarades sportifs de manière générale et des footballeurs en particulier à « faire quelque chose à la maison pour se maintenir. Il demande de manger saint tout en menant une vie sportive pour qu’à la reprise cela soit facile ».

Sawadogo pour qui le Fasofoot manque énormément a mentionné que lui et ses camarades ne laisseront pas tomber leur initiative jusqu’à ce qu’une note officielle des autorités sportives vienne situer tout le monde sur la reprise ou non du championnat.

L’ambiance du groupe est vraiment amicale. Le samedi 11 avril où nous y sommes passés pour une demi-journée, le thé coulait à flot et les jeux de sociétés, permanents. En plus de son talent de footballeur, Roger Sirima fait preuve de maîtrise du jeu de dame.

Il a infligé un 3-0 au latéral gauche du RCK, le Ghanéen Polo Narté. Avant cette partie Bayouré Sawadogo et le Ghanéen s’était neutralisé en deux jeux avant que le premier cité ne marque un point avant l’heure de la prière. Mais Narté ventait les mérites de Sawadogo qui malmené la veille.

Les membres du grin sont composés pour la plupart des joueurs du RCK. En plus de Polo Narté on peut citer le Malien Aboubacar Sidiki Traoré dit Kanté, Souleymane Traoré, Ashiraf Ouédraogo et Bado Ivan Bruno.

A ceux-là s’ajoutent Babayouré Sawadogo (AS Douanes), Roger Sirima (USFA), Moussa Sawadogo (USFA) et Amadou Séré (coach des gardiens de Salitas FC) sans oublier les amoureux du football qui se joignent au groupe.

Même s’il n’y avait que deux personnes qui portaient des masques et que la distanciation d’au moins 1m n’était pas totalement respectée, tous sont conscients du danger dû au Covid-19.
Agence d’information du Burkina (AIB)
as/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here