Congo-Brazzaville-Coronavirus-Décès

Congo-Brazzaville : Décès de l’ancien président Joachim Yhombi Opango de coronavirus

Brazzaville, 31 Mars 2020 (AIB)-L’ancien président du Congo, Joachim Yhombi Opango est décédé lundi à Paris à l’âge de 81 ans de la maladie à coronavirus (COVID-19) qui fait ravage dans le monde depuis décembre 2019.

«Mon père, l’ancien président Yhombi Opango est mort ce lundi après-midi à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine près de Paris. Il a été bien victime du coronavirus» a déclaré Jean Jacques Yhombi Opango au téléphone à l’Agence France presse.

L’information a ensuite été confirmé par dans la soirée par la télévision publique congolaise, Télé-Congo.

Le général Joachim Yhombi Opango a dirigé le Congo-Brazzaville pendant deux ans (1977-1979) à la suite du mystérieux assassinat du commandant président Marien N’Gouabi dont un lycée porte le nom Ouagadougou, au Burkina Faso.

Le président Opango a été renversé en 1979 par son ministre de la Défense, Denis Sassou N’Guesso, actuel président de la république du Congo-Brazzaville.

Emprisonné pendant 10 ans après son éviction, Joachim Yhombi Opango a été libéré peu avant la conférence nationale de 1990 qui entrainera la chute du président Sassou N’Guesso en 1991.

Premier ministre (1993-1996), du président Nicéphore Soglo, il s’exile en France quand le président Denis Sassou N’Guesso revient au pouvoir en 1997 à la suite d’une guerre civile.

Condamné en 2001, par contumace à 20 ans de travaux forcés pour crimes économiques, il bénéficie en 2007, d’une loi d’amnistie votée par le gouvernement de Sassou-Nguesso et rentre au Congo le 10 août de la même année.

Ils sont à ce jour, dix-neuf congolais atteints de la maladie à coronavirus qui a emporté le président Opango et deux d’entre eux sont arrivés à un niveau de guérison totale selon le ministère de la Santé.

Face à la situation, le gouvernement a instauré à partir de ce mardi, jusqu’au 30 avril prochain, l’état d’urgence sanitaire, un couvre-feu et un confinement à domicile de l’ensemble de la population.

Des mesures qui interviennent après la fermeture des lieux de culte, écoles, bars, restaurants et des frontières.

Agence d’Information du Burkina

Wis

Source : RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here