Burkina-Médias-Publics-Infrastructure-Réception

Burkina/médias : Réception provisoire du siège de l’Agence d’Information du Burkina 

Ouagadougou, 27 Mars 2020 (AIB)- Le siège de l’Agence d’Information du Burkina (AIB) rénové à hauteur de 52 millions de FCFA, a été réceptionné provisoirement jeudi à Ouagadougou par l’équipe chargée du suivi des travaux et en présence des responsables et des agents de l’Agence.

En réfection depuis fin novembre 2019, le siège de l’Agence d’Information du Burkina (AIB) a été réceptionné de façon provisoire, jeudi à Ouagadougou par l’équipe chargée du suivi des travaux et en présence des responsables et des agents de l’Agence.

Les travaux ont été réalisés pour un montant de 52 millions 700 mille 792 FCFA par l’entreprise SEPS international, affirme Oumarou Cissé, l’un des chargé de suivi des travaux.

Selon lui, les travaux ont consisté «au dépôt et à la pose de la toiture, à la mise d’un nouveau plafond, au changement des équipements informatiques, des fenêtres, des climatiseurs, des brasseurs, des luminaires, à la réfection de la peinture et à la construction des blocs de latrines».

Initialement prévus pour durer 45 jours, les travaux ont finalement pris plus de trois mois.

Selon Oumarou Cissé, «les travaux ont pris du retard parce que l’entreprise attendait une avance de démarrage. Pourtant dans le dossier, il n’y avait pas d’avance, l’entreprise devait démarrer sur fonds propres».

«Notre exigence aussi a fait que les travaux ont pris du retard. L’entreprise avait fourni des matériels dont nous avons exigé le remplacement par d’autres modèles plus meilleurs. On a pris aussi du temps pour avoir les équipements informatiques» a-t-il expliqué.

En plus du bâtiment, il a été aussi procédé à la réception du groupe électrogène de l’AIB qui a été fourni, installé et mis en marche par la société des travaux en énergie, eau et maintenance (SOTEMA), pour un coût de 14 millions de FCFA.

D’après le responsable de SOTEMA Salia Sanou, «le groupe devait être fourni en 60 jours» mais sa société l’a livré «dans un délai quasiment de 30 jours».

«Notre entreprise a offert un abri (hangar) au groupe pour accompagner l’agence pour qu’elle puisse mieux protéger le groupe» a-t-il expliqué.

Salia Sanou a indiqué que pendant une année, son entreprise fera «des maintenances préventives».

A l’issue de laquelle, il souhaite que l’AIB leur confie «un contrat de maintenance pour permettre au groupe électrogène de fonctionner dans les meilleures conditions pour atteindre toutes les performances».

Pour une meilleure utilisation du groupe, il a conseillé à l’AIB de «mettre en place une politique de maintenance» qui passe par la responsabilisation d’au moins deux de ses techniciens pour la manipulation du groupe.

Le directeur de l’AIB Alban Kini s’est réjoui de l’amélioration des conditions de travail à l’agence.

«Cette rénovation est un élément de motivation des agents. L’AIB va se porter encore mieux et tenter de remplir les missions qui lui sont assignées» a-t-il affirmé.

Il a traduit un hommage appuyé au Directeur général des Editions Sidwaya Mahamadi Tiegna et au ministre de la Communication Rémis Fulgance Dandjinou pour avoir entendu le cri de cœur des agents de l’AIB.

En rappel, lors de sa dernière visite à l’AIB, le 14 mars 2017, Avant la réfection, au cours d’une visite à l’AIB, le 14 mars 2017, le ministre Dandjinou s’était dit «choqué de voir dans quelles conditions travaillent les agents de l’AIB».

Toutefois, Alban Kini a fait quelques observations à l’entreprise chargée de la réhabilitation du bâtiment, au nombre desquelles la multiplication des prises ondulées dans la grande salle et l’établissement d’une connexion internet fluide.

M. Kini a noté que du matériel multimédia est déjà disponible depuis deux mois et sa «réception se fera incessamment».

L’Agence d’information du Burkina, créée par décret présidentiel en mai 1964, a été fusionnée en septembre 1999 au quotidien Sidwaya pour former les Editions Sidwaya.

L’absence d’un statut adapté et l’insuffisance en nombre et en qualité de ressources humaines, l’empêchent de remplir convenablement ses missions qui sont de donner une image objective du Burkina Faso à l’extérieur du pays et de réduire l’écart d’information entre les villes et les campagnes.

Agence d’Information du Burkina

wis/ata/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here