Burkina Faso-Presse-Revue

Coronavirus et élections en Guinée intéressent les quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 23 mars 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi traitent de l’actualité internationale marquée par les élections qui se sont déroulées, la veille, en République de Guinée, sans oublier au niveau national, la pandémie de coronavirus (Covid-19).

Le quotidien privé Le Pays renseigne qu’à la date du 22 mars 2020, le Burkina Faso dénombrait «75 cas confirmés et quatre décès», soulignant qu’un couvre-feu est en vigueur depuis le 21 mars de 19 h à 5h.

Pour sa part, Sidwaya, le quotidien national ajoute que les chiffres de la coordination nationale de la réponse à l’épidémie de Covod-19 font ressortir qu’il y avait, à la date d’hier dimanche: «604 personnes confinées».

Le même journal indique que le couvre-feu instauré par le président du Faso pour éviter la propagation de la pandémie, est «respecté à contrecœur».

L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, met en exergue «une économie qui commence à toussoter», avant de parler de l’«épidémie gouvernementale».

Ce journal fait observer que parmi les personnes touchées par le Coronavirus au Burkina Faso, figurent quatre membres du gouvernement.

«Quand ils (les 4 ministres) ont été testés positifs, ils ont tous pris l’initiative d’informer le public, leurs proches et collaborateurs à travers des communiqués sur les réseaux sociaux», écrit L’Observateur Paalga.

Dans sa rubrique ‘’Commentons l’évènement’’, L’Observateur Paalga affiche: «Guinée: Elections au forceps pour un désir d’éternité».

Selon le journal, «envers et contre tout et tous, le président guinéen, Alpha Condé, a organisé hier dimanche le double scrutin législatif et référendaire auquel il tenait tant comme si sa vie en dépendait».

Et de faire remarquer qu’il s’est agi d’«une consultation boycottée par la frange la plus représentative de l’opposition pour qui la nouvelle loi fondamentale que les Guinéens vont adopter va permettre au locataire du palais de Sékhoutouréya d’y renouveler, à 82 ans, son bail après y avoir déjà passé une décennie».

De son côté, Aujourd’hui au Faso (privé) se pose cette question : «Alpha Condé a son double scrutin: Et maintenant, qu’en fera-t-il ? ».

A en croire le confrère, c’est un corps électoral expurgé des 2,5 millions de doublons divers dénoncés par les experts de la CEDEAO qui s’est donc rendu dans les isoloirs hier 22 mars pour élire des députés et dire oui ou non au référendum constitutionnel.

Pendant ce temps, Le Pays, à travers sa ‘’Contre-analyse’’, mentionne que «l’on peut prendre le risque de dire que les législatives et le référendum du dimanche 22 mars en Guinée, se sont tenus sur fond de deux virus : le COVID-19 et le Pr Alpha Condé».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here