Burkina-Société-Syndicats-Protestation

Burkina : Des syndicats maintiennent leur marche-meeting malgré une interdiction gouvernementale

Ouagadougou, 13 mars 2020(AIB)-Plusieurs organisations syndicales ont réaffirmé leur intention de marcher le 17 mars contre l’élargissement des impôts aux indemnités et primes des travailleurs du public, alors que le gouvernement a interdit les grands rassemblements pour éviter la propagation du coronavirus.

«Nos organisations tout en félicitant vivement l’ensemble des structures et des militants, les invitent une fois de plus à préparer courageusement et sans tergiversation la grève du 16 au 20 mars 2020 et la marche meeting du 17 mars 2020», a écrit jeudi Bassolma Bazié dans un communiqué.

Le secrétaire général de la Confédération générale des Travailleurs du Burkina (CGT-B) mobilisaient ses troupes pour une nouvelle manifestation contre l’extension de l’impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) aux indemnités et primes des travailleurs publics, effective depuis 2012 au privé et au parapublic.

Pour éviter la propagation du coronavirus, le gouvernement burkinabè a interdit mercredi en conseil des ministres, les grands rassemblements.

Le lendemain, le ministre de la Communication Remis Fulgance Dandjinou a précisé sur la télévision privée 3TV, que ce sont les manifestations soumises à une autorisation qui sont concernées par cette mesure.

Pour Bassolma Bazié, la mesure gouvernementale ne concerne pas leurs activités qui «ne sont pas soumises à une quelconque autorisation».

Bassolma Bazié a invité l’ensemble des structures et des militants à «transformer toute action de répression en source de galvanisation et de détermination dans la lutte pour une satisfaction de leur juste et légitime plateforme».

Pour les syndicats, la satisfaction de cette plateforme passe entre autre, par la suppression de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du public, du parapublic et du privé et le remboursement des coupures opérées en février.

Le gouvernement justifie cette mesure par la nécessité d’une équité fiscale entre travailleurs du public et du privé et le besoin de mobiliser davantage des ressources endogènes pour contrer le terrorisme.

Agence d’Information du Burkina

Wis/ata

Photo d’illustration: capture AFP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here