Burkina-Coronavirus-Mesures

Coronavirus : Le gouvernement suspend l’organisation de la semaine nationale de la culture

Ouagadougou, 12 mars 2020 (AIB)-En raison du risque de propagation du Coronavirus, le Burkina Faso a suspendu jusqu’au 30 avril 2020, tout événement d’envergure sur l’étendue du territoire national, parmi lesquels, la 20ème édition de la semaine nationale de la culture (SNC).

Le communiqué du conseil des ministres précise que la décision «de suspendre jusqu’au 30 avril 2020 tout évènement d’envergure sur l’étendue du territoire national» a été prise au regard de la «confirmation le 09 mars 2020 de cas de personnes atteintes de Coronavirus (COVID-19) au Burkina Faso et de la nécessité de limiter les risques de contacts directs de personnes, sources de grande propagation de germes».

Selon le ministre porte-parole du gouvernement Remis Fulgance Dandjinou, s’exprimant hier soir sur le plateau de la télévision nationale, Il faut entendre par «évènement d’envergure», ce qui n’est pas habituelle.

Il a cité outre la SNC, les concerts prévus notamment celui des reggae men burkinabè Jahkasa et ivoirien Tiken Jah Facoly qui étaient prévus les vendredi 13 et samedi 14 mars respectivement à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou.

A Cela, Remis Fulgance Dandjinou a affirmé que «les salles de cinéma et les boites de nuit où l’on est confiné doivent aussi être fermées».

La mesure prend également en compte, selon le ministre Dandjinou, la grève générale de 120 heures du 16 au 20 mars 2020 des syndicats ainsi que leur marche-meeting du mardi 17 mars 2020 sur toute l’étendue du territoire national.

Par contre, selon le porte-parole du gouvernement, «les cours se poursuivent dans les écoles et les universités», de même que les prières dans les offices religieux (mosquée, églises, temples), précisant que ces derniers, ont été invités à mettre en œuvre des «pratiques de protection» propres à eux.

Cependant, le ministre a précisé que «si vous demandez l’autorisation pour une séance de prières d’évangélisation ou de prière publique à la place de la Nation, durant cette période de suspension, cela va être interdit».

Le ministre a, en outre invité les populations à faire en sorte que «les évènements comme les mariages et les funérailles, si on ne peut pas les interdire, soient ramenés au strict minimum pour éviter les questions de contact de population».

Remis Fulgance Dandjinou a précisé que la mesure de suspension peut connaitre «une situation évolutive».

«Nous avons aujourd’hui, deux patients avérés et il y a des personnes mises en situation de surveillance par les services sanitaires» a-t-il affirmé.

Selon lui, «ces services font le point chaque mercredi et au fur et à mesure de l’évolution, la réponse pourrait être réadaptée soit par un durcissement de la mesure soit par un allégement de la mesure».

La COVID-19 est une pandémie ayant commencé au début du mois de décembre 2019 dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, avant de se propager à travers le monde.

Le Burkina Faso a enregistré ses deux premiers cas le 09 mars 2020 en la personne du pasteur Mamadou Karambiri et de son épouse.

Dans un communiqué rendu public hier, le pasteur Karambiri porte à la connaissance de ses fidèles que les réunions de prière, d’enseignement, et les rencontres de tous les départements et groupes de son église sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.

Agence d’Information du Burkina

Wis/ata

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here