Burkina-Santé-Coronavirus

Coronavirus : Le Burkina Faso élabore un plan de préparation et de riposte

Ouagadougou, 3 Mars 2020 (AIB)-Les autorités sanitaires burkinabè ont annoncé lundi, un plan de préparation et de riposte de plus de neuf milliards de F CFA contre le coronavirus apparu en Chine en décembre 2019, révèle mardi du journal en ligne Burkina 24.

Selon le media en ligne Burkina 24, le budget global du plan s’élève à «plus de neuf milliards de F CFA (9 001 946 110 FCFA)».

Son objectif a-t-il précisé «est de réduire la morbidité et la mortalité dues à une éventuelle épidémie de COVID-19 au Burkina Faso».

Le coronavirus est une nouvelle maladie apparu en Chine en décembre 2019, touche de nos jours, une soixantaine de pays et a déjà occasionné 2924 décès sur 85 403 cas dans le monde.

Pour contrer l’épidémie qui a déjà touché des pays africains (Nigéria, Sénégal, Algérie), des experts burkinabè se sont réunis depuis plusieurs jours pour élaborer un plan de riposte.

Burkina24 rapporte que «les aspects du plan de préparation ont porté sur plusieurs domaines».

Il s’agit, entre autres, des points d’entrée, les équipes d’intervention rapide (EIR), le système de surveillance épidémiologique, le laboratoire et le diagnostic, la gestion et la communication des risques.

Selon la ministre de la santé, Pr Claudine Lougué, cité par Burkina 24, depuis l’apparition du coronavirus,  le Burkina Faso est en alerte.

«Nous surveillons des personnes qui sont venues des pays où l’épidémie a été déclarée. Depuis que nous avons mis le dispositif à l’aéroport, ce sont plus de 13 000 cas que nous surveillons. Nous surveillons également les entrées, grâce une équipe pétrie d’expérience», a-t-elle affirmé, en rassurant la population.

La Représentante résidente de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Alimata Jeanne Diarra/Nama, a invité la population au respect des mesures d’hygiène qui ont été recommandées.

«Il n’y a pas lieu de paniquer mais, seulement respecter les consignes. Il y a 80% des porteurs de la maladie qui font une forme bénigne, 12% qui font une forme qui peut se compliquer. Il n’y a que 3% qui vont décéder parce que porteurs d’autres maladies qui étaient sous-jacentes», affirme-t-elle selon Burkina 24.

Agence d’Information du Burkina

wis/ata

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here