Centre-sud: des animateurs de la vie scolaire exhortent le gouvernement à se plancher sur leurs difficultés

Manga, (AIB)-Des animateurs de la vie scolaire de la région du Centre-sud ont appelé, dimanche 1er mars 2020, à Manga, le gouvernement à s’impliquer dans la recherche de solutions à leurs difficultés dans les établissements scolaires.

«Nous lançons un appel à l’endroit des autorités de prendre à bras le corps le problème du personnel de la vie scolaire», a confié, dimanche, le secrétaire général de la section du Syndicat national des animateurs de la vie scolaire du Centre-sud (SYNAVS-CS) Joseph Pissiga.

M. Pissiga qui s’exprimait au lendemain de la 4e édition des 48 heures de l’Animateur de la vie scolaire (AVS) du Centre-sud, a affirmé que les AVS sont confrontés à plusieurs problèmes dont la non maitrise par les acteurs eux-mêmes des contours de la discipline.

A cela s’ajoute, l’absence de mesures d’accompagnement dans l’exécution de certaines tâches qui leur sont dévolues.

M. Pissiga a cité, à ce sujet, l’exemple de l’évacuation des élèves malades dont la question est abandonnée aux mains des AVS.

«Jusque-là, nous utilisons nos propre moyens pour le faire et quand nous posons le problème en conseil de gestion de l’établissement, on nous dit qu’il n’y a pas de ligne budgétaire à ce niveau», a déploré le secrétaire général du SYNAVS-CS.

Dans le même registre, Joseph Pissiga a regretté «la non prise en compte» des AVS au niveau des directions provinciales et régionales du ministère de tutelle.

Il a expliqué qu’ils n’ont pas à ces lieux, une référence à qui s’adresser pour des conseils ou indications en cas de problème d’ordre professionnel.

«Jusque-là nous sommes le seul corps qui n’a pas de répondant au niveau des directions provinciales et régionales», a-t-il fait savoir.

Estimant que la profession de l’AVS est reléguée au second plan dans les priorités des autorités en charge de l’enseignement, M. Pissiga a souhaité que les choses changent. Cela, pour lui, est d’ailleurs un impératif étant donné que la discipline est un «élément essentiel dans la réussite scolaire des élèves».

En attendant les actions salvatrices de l’autorité, il a annoncé que le SYNAVS-CS a mis à profit ses 48 heures de l’AVS du Centre-sud pour trouver des solutions endogènes à leurs problèmes.

Placés sous le thème : «Discipline en milieu scolaire : états des lieux et perspectives», les travaux qui se sont déroulés les 28 et 29 février 2020 ont enregistré des communications en lien avec la situation de l’AVS.

En plus du thème central, a indiqué Joseph Pissaga, il a été abordé d’autres thèmes relatifs à la genèse du corps de l’AVS, sa situation et les défis actuels.

«Nous avons mené ces réflexions pour partager nos expériences, trouver des solutions à certains de nos problèmes et surtout comprendre la place qui nous revient de droit exactement au sein de l’établissement», a-t-il noté.

Les Animateurs de la vie scolaire  sont un corps créé en 2006 par le gouvernement. Il regroupe les agents, les assistants et les conseillers d’éducation qui ont entre autres missions, la gestion des absences et des retards, l’évacuation des élèves malades au sein des établissements, la gestion et le traitement des dossiers des élèves et la gestion des dossiers d’examens des élèves. Avant la création des AVS, ces tâches étaient dévolues aux surveillants dans les différents établissements scolaires.

Agence d’information du Burkina

Mamady ZANGO

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here