Burkina Faso-Presse-Revue

La crise guinéenne s’invite dans la presse burkinabè

Ouagadougou, 28 fév. 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce vendredi commentent largement la situation en Guinée où le président Alpha Condé est confronté à une crise consécutive à sa volonté de vouloir organiser un référendum constitutionnel couplé aux législatives, le 1er mars prochain.

«Guinée : Qu’attendent les partenaires internationaux pour agir ?», se demande Sidwaya, le quotidien national, publiant une déclaration conjointe de sept Organisations de la société civile (OST).

L’écrit souligne que «depuis la mi-octobre 2019 et le début de la mobilisation contre le +coup d’Etat constitutionnel+ qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un 3e mandat, le recours abusif à la force létale  par les forces de sécurité est quasi-systématique».

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso met en exergue: «A 48h des législatives et du référendum en Guinée-Conakry: Silence expectatif au  sommet du Fouta-Djalon».

Selon ce journal privé, la Guinée-Conakry retient son souffle. L’Afrique aussi, avant de faire remarquer que la réponse à l’appel du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) se manifeste par une ville morte où «par crainte de la répression des forces de sécurité, des Guinéens ont adopté la politique des guichets fermés».

Pour l’éditorialiste de Aujourd’hui au Faso, «portes de boutiques et de service sont fermées en guise de protestation contre le projet du président Alpha Condé, qui n’est rien d’autre qu’une volonté de rester à son poste pour briguer un autre mandat à la tête de l’Etat».

C’est à juste titre que L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, dans son ‘’Regard sur l’actualité’’, affiche: «Guinée: Vraiment le kôrô (grand-frère, en langue bambara, Ndlr) Alpha déraille».

Le quotidien Le Pays va plus loin lorsqu’il mentionne: «Refus du président guinéen de recevoir une délégation de chefs d’Etat de la CEDEAO: Pour qui Alpha Condé se prend ?». Et de marteler: «Professeur, vos pairs ne sont pas vos étudiants !».

Le confrère pense que le président guinéen constitue «la parfaite illustration» de l’adage selon lequel «le pouvoir révèle l’homme».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here