Burkina Faso-Presse-Revue

Les tensions autour de l’IUTS dominent la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 27 fév. (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce jeudi commentent largement l’actualité nationale marquée par les tensions nées de l’application de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) sur les primes et indemnités des agents du public.

Le quotidiens privé Le Pays met en exergue: «Applications de l’IUTS aux agents publics : Les syndicats en grève générale du 16 au 20 mars 2020», mentionnant au passage que dans cette situation, «le MPP, Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) encourage le gouvernement».

Le journal rappelle que lors du Conseil des ministres du 19 février dernier, le porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou, annonçait que l’IUTS sera appliqué dès le mois de février 2020 sur les primes et les indemnités des travailleurs du public.

Et de préciser que cette annonce a été effective puisque «quelques jours après, les travailleurs du public ont véritablement constaté cela sur leur bulletin de paye».

Selon Le Pays, hier mercredi, à l’issue d’une Assemblée générale (AG) tenue à la Bourse de Travail de Ouagadougou, «la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) et d’autres syndicats ont appelé les travailleurs du public à mener des actions dans le sens de contraindre le gouvernement à revenir sur sa décision».

Quant à Sidwaya, le quotidien national, il fait remarquer qu’il y aura «une grève générale si…», avant de citer le ministre en charge de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou qui dit que «le gouvernement est ouvert au dialogue».

Pour sa part, L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés du Burkina Faso, mentionne à sa Une: «La riposte graduelle des syndicats».

«Dès ce matin, les travailleurs sont invités à poursuivre les débrayages et les boycotts sectoriels en attendant, en cas d’échec, une éventuelle marche-meeting le 7 mars et une grève générale du 16 au 20 mars 2020», écrit le confrère.

Aujourd’hui au Faso (privé) met à sa Une, les propos du secrétaire général de la CGT-B, Bassolma Bazié qui, à l’issue de l’AG d’hier mercredi, a affirmé que «nous allons opérer des frappes stratégiques et chirurgicales dans tous les ministères».

C’est à juste titre que Le Quotidien, autre journal privé, affiche: «Des frappes chirurgicales et ciblées dès ce matin».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here