Burkina Faso-Presse-Revue

Grogne syndicale et présidentielle au Togo, à la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, le 25 fév. 2020 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce mardi évoquent l’élection présidentielle qui vient de se dérouler au Togo, sans oublier la grogne de certains syndicats, consécutive à l’application de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (UITS) au niveau des agents du public au Burkina Faso.

«IUTS sur les indemnités: Premiers tirs bien ciblés au Centre- ouest», affiche L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso qui parle aussi de «la colère des enseignants de l’Est».

Selon le journal, le Syndicat des enseignants du post-primaire et du secondaire (F-Synter) a appelé ses militants à débrayer pour protester  contre les coupures, ce mois, des indemnités en guise d’impôt sur les traitements et salaires (UITS).

Pour sa part, Le Quotidien arbore: «Protestation contre l’application de l’IUTS sur les salaires des travailleurs du public: Koudougou sonne déjà la mobilisation», mentionnant que les enseignants de cette zone du pays ont décidé de la suspension des évaluations.

Pendant ce temps, Aujourd’hui au Faso (privé) rapporte qu’à propos de l’affaire IUTS, de grandes décisions sont attendues de l’Assemblée générale (AG) des syndicats prévue demain mercredi à la Bourse de travail de Ouagadougou».

Le même journal après avoir fait remarquer Faure Gnassingbé est déclaré vainqueur avec 72,36% des voix, mentionne : «Les 3 leçons de la présidentielle togolaise».

Dans son ‘’Trait de plume’’, le quotidien national Sidwaya titre: «Togo: Bagarre autour d’un fauteuil».

Quant à L’Observateur Paalga, il parle de «Tragi-comédie électorale à Lomé», avant de souligner que «les lendemains d’élections sont souvent mouvementés au Togo».

Et de faire observer que la présidentielle du samedi 22 février 2020 n’aura pas échappé à la règle.

«Après le calme et la sérénité qui, de l’avis unanime, ont été constatés le jour du scrutin, place maintenant à la polémique après l’annonce des résultats de la Commission électorale nationale indépendante (CENI)», commente L’Observateur Paalga.

Selon le confrère, les chiffres donnent le président sortant, Faure Essozimna Gnassingbé, vainqueur avec 72,36% des voix contre 18,37% pour son poursuivant direct, Agbéyomé Messan Kodjo, suivi de l’opposant de toujours, Jean-Pierre Fabre, plafonné, lui, à 4,35%.

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here