Burkina-Medias-Festival-Radio

Burkina: «La radio est intimement liée au secteur de la culture» (ministre)

Bobo-Dioulasso, 14 Février 2020 (AIB)-Le ministre en charge de la Culture Abdoul Karim Sango a déclaré jeudi à Bobo-Dioulasso, «que la radio est intimement liée au secteur de la culture». 

«Je souhaite une très bonne fête de la radio. Je suis là parce que la radio est intimement liée au secteur de la culture et le contenu des radios est principalement culturel» a déclaré jeudi, le ministre en charge de la Culture Abdoul Karim Sango, à Bobo-Dioulasso.

Le ministre Sango s’exprimait en marge de la 2ème édition du  Festival International des Radios d’Afrique Francophone (FIRAF) qui s’est déroulé du 11 au 13 Février 2020 à la maison de la Culture Monseigneur Anselme Titianma Sanon de Bobo-Dioulasso, sous le thème «Radio et migration».

Selon le chef du département de la Culture, «le gouvernement est conscient que les journalistes abattent un travail incroyable dans la construction de la démocratie, un travail au service du développement».

Il a expliqué que c’est ensemble que les médias et les autorités, vont relever «les défis majeurs qui se dressent au continent africain et dont l’un des défis, est la question de la migration».

«Qui mieux que vous pourrait passer le message adéquat pour dire que l’avenir du monde se construit plutôt en Afrique. Ce n’est pas au moment où les autres cherchent à venir en Afrique que nos jeunes doivent chercher d’aller ailleurs» a-t-il affirmé.

Le FIRAF a réuni pendant trois jours, des professionnels de radios venus du Mali, de la Guinée Conakry, de la Côte d’Ivoire, de la France et du Burkina Faso.

«Dans ce Festival, j’ai été panéliste sur le thème ‘‘Rôle des medias’’ parce que je suis dans un projet où on réalise pas mal de reportages sur la Guinée et Lyon (France). Nous sensibilisons les jeunes à ne pas prendre la voie irrégulière pour immigrer et nous leur montrons qu’on peut rester dans son pays et réussir», a affirmé Aïssata Camara, journaliste de la Guinée Conakry.

Soumaila Dagnogo, coordonnateur du réseau des radios communautaires de la zone Sikasso-Korhogo et Bobo-Dioulasso (SKBO, Mali, Côte d’Ivoire et Burkina) a également pris part à la 2ème édition du FIRAF.

«Le réseau a mené beaucoup d’activités et de productions dans le cadre de la sensibilisation de nos populations surtout dans les domaines de la santé, de la communication, de la culture. Cependant, nous nous sommes focalisés sur la libre circulation des personnes et des biens parce que nous avons comme partenaire, la CEDEAO» a-t-il affirmé.

A ce jour, Soumaila Dagnogo, juge le bilan de leurs activités satisfaisant.

«Désormais, les populations qui suivent nos émissions savent les documents de voyages, les comportements à avoir lorsqu’on est sur la route, les comportements à avoir lorsqu’on est face à un agent des forces de sécurité sur les corridors       . De leur côté, les forces de sécurité, réfléchissent maintenant plusieurs fois avant d’abuser des populations» a-t-il affirmé.

Le réseau compte à ce jour, 11 radios dont cinq au Mali, trois au Burkina Faso et trois en Côte d’Ivoire qui ne couvrent pas la totalité de la zone SKBO.

«Il s’agit pour nous d’élargir le réseau en augmentant le nombre de radios mais vu la manière de fonctionnement de notre réseau, on veut établir des critères pour y adhérer. Il faut avoir une bonne portée, avoir une bonne qualité de production, un plateau technique bien fourni. Il faut que chaque radio qui s’ajoute à nous, soit une valeur ajoutée» a-t-il affirmé.

Agence d’Information du Burkina

wis/ata

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here