Burkina Faso-Presse-Revue

La politique se paie la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 10 fév. 2020 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce lundi présentent à leurs Unes, des sujets essentiellement liés à l’actualité politique nationale et internationale.

«33e  sommet de l’UA: Le continent ballotté entre solidarité et intérêts nationaux», titre le quotidien privé Aujourd’hui au Faso qui informe que les curseurs du sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba «pointent vers la solidarité comme l’arme efficiente pour faire taire … les armes au Sahel et en Libye».

A ce propos, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, rapporte que l’Union africaine va clore ce 10 février à Addis-Abeba la 33e conférence de ses chefs d’Etat.

Et de relever que pendant deux jours, les présidents africains, et avant eux, les experts et les ministres des Affaires étrangères, ont discuté du thème «Faire taire les armes: créer les conditions propices de développement de l’Afrique».

Le même journal arbore à sa Une, les propos du Pr Laurent Bado du Parti pour la renaissance national (PAREN) qui affirme: «C’est la 3e fenêtre de l’enfer qui est ouverte (au Burkina Faso, Ndlr)».

L’Observateur Paalga relate aussi qu’au cours de la première session ordinaire du Bureau politique nationale (BNP) du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir), tenue samedi à Ouagadougou, le président de l’Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé, «a tenu à réaffirmer sa fidélité au parti et au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré».

De son côté, Le Pays (Privé) renseigne à travers sa manchette que le congrès ordinaire du MPP devant permettre de désigner le candidat du parti pour la prochaine présidentielle, est prévu pour les 6 et 7 mars 2020.

Pendant ce temps, Sidwaya fait remarquer que pour la présidentielle et les législatives 2020, «le MPP adopte sa stratégie électorale», alors que «le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès CDP, ex-parti au pouvoir) émet des doutes».

Au même moment, Aujourd’hui au Faso met en exergue les propos du président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano qui a déclaré lors d’une cérémonie à Ouagadougou, que «le CSC sera très regardant sur les discours électoraux».

Agence d’information du Burkina

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here