Burkina-Société-Religion-Catholicisme

Burkina : l’Eglise catholique se met à l’écoute d’éventuelles victimes d’abus sexuels  

Ouagadougou, 04 fév. 2020 (AIB)-L’Eglise catholique du Burkina Faso a mis en place dans la capitale burkinabè, un bureau chargé de recueillir d’éventuelles accusations d’abus sexuels portées contre des ecclésiastiques, dans un contexte marqué par des scandales similaires en Occident.

«Le Bureau ecclésiastique, collégialement ou individuellement, est habilité à accueillir d’éventuelles informations et accusations d’abus sexuels sur des mineurs, des personnes vulnérables ou sur des adultes (hommes, femmes, jeunes filles), de la part de clercs (prêtres, ndlr), de membres d’Instituts de vie consacrée ou de Sociétés de vie apostolique», a indiqué le président de l’Union Catholique Africaine de la Presse (UCAP-Burkina) Alexandre Le Grand Rouamba, lundi soir, sur sa page Facebook.

Le journaliste fait référence à un décret de création signé le 29 décembre 2019 par le Cardinal Philippe Ouédraogo et publié par le mensuel catholique ‘’Duc in altum’’, dans son numéro 127.

«Quiconque possède des informations ou des soupçons fondés relatifs aux abus sexuels ou scandales sexuels, est prié de s’adresser au Bureau ecclésiastique pour les signaler. Toute personne qui effectue un signalement peut le faire oralement ou par écrit, et doit être protégée par une obligation de confidentialité et de respect», précise le décret en son article 4.

Le Bureau ecclésiastique constitué dans l’Archidiocèse de Ouagadougou, est dirigé par le Pénitencier diocésain Monseigneur Marius Kinda, le Vicaire général Abbé Alfred Ouédraogo et le Jésuite Révérend Père Jean Ilboudo.

«Un Comité ad hoc composé de personnes ressources qualifiées (Juristes, avocats, psychologue) sera constitué pour collaborer avec le Bureau ecclésiastique eu égard aux éventuelles victimes à écouter et à accompagner», lit-on encore dans le décret.

Cette décision de l’Eglise catholique du Burkina Faso émane d’une recommandation du Pape François qui a promulgué en mai 2019, une lettre pastorale relative à la protection des mineurs et des personnes vulnérables.

Elle intervient également dans un contexte marqué par des révélations et des procès contre des prêtres catholiques en Occident pour leurs présumés abus sexuels ou pour leurs supposées complicités.

Agence d’information du Burkina

ata/ak

Photo site : Archive Observateur Paalga.

Photo page Facebook : Archive aletia.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here