Centre-ouest

Sissili

Commune rurale de Niabouri

Le Maire Salifou Napon rend compte de sa gestion en matière d’eau et d’assainissement

Léo, (AIB) – Le conseil municipal de la commune rurale de Niabouri sous la clairvoyance de son président a organisé le samedi 11 janvier 2020 dans l’espace de la Mairie, une journée de redevabilité dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Placée sous la présidence du Haut-Commissaire de la province de la Sissili, Sié Aristide Mohamed Kam, la cérémonie a également connu la présence du Préfet de département de Niabouri, du Directeur Provincial de l’eau et de l’assainissement de la Sissili, ainsi que du représentant du consortium et une forte mobilisation de la population venue des quatre coins de la commune.

Niabouri, chef-lieu de commune, est situé à 85 kilomètres de Léo, chef-lieu de la province de la Sissili. La commune regroupe 17 villages avec une population estimée à 30444 habitants en 2018, selon l’Institut National des Statistiques et de la Démographie (ndlr ; l’INSD) et une superficie de 345km2. Elle est limitée à l’Est par les communes de Silly et To, à l’Ouest par celles de Ouessa et Niégo, au Nord par celles de Silly et Fara et au Sud par la commune de Boura. Sept (07) groupes ethniques y cohabitent en parfaite symbiose. Il s’agit de Nuni, de Sissala, de Dagara, de Mossi, de Peulh, de Lélé et de Bwaba. Le conseil municipal de la commune rurale de Niabouri, sous l’égide du premier magistrat de ladite, Salifou Napon a depuis 2016 année de leur accession à la tête de la commune fait de la problématique de l’eau et de l’assainissement son cheval de bataille et un défi majeur à relever. C’est dans cette dynamique que l’accompagnement du consortium « Diakonia, Eau Vive, CORADE, Labo-Citoyenneté », courant 2017 a permis à la commune de faire un diagnostic général pour élaborer une vision sur les dix (10) prochaines années (2018-2027).

Cette journée que le conseil municipal a bien voulu placer sous le thème « l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, un droit pour tous, un défi pour la commune a été l’occasion pour le bourgmestre de Niabouri Salifou Napon de faire l’état des lieux des infrastructures hydrauliques et d’assainissement existantes d’une part et de faire part des prévisions et/ou programmations en matière d’eau et d’assainissement d’autre part et enfin trouver les voies et moyens pour leurs réalisations a-t-il indiqué.

Ainsi, la situation des ouvrages d’eau potable et d’assainissement au 31 décembre 2019 se présente comme suit. Pour le volet eau potable, la commune dispose d’un (01) AEPS au chef-lieu, 69 pompes à motricité humaine (PMH) fonctionnels, 14 forages en pannes, 03 forages abandonnées, 14 puits modernes temporaires, 06 puits modernes permanentes. En outre, le consortium « WHH, SOS Sahel, Eau Vive et IRC » a également accompagné la commune pour le recrutement d’un technicien communal d’Eau et d’Assainissement (ndlr ; TCEA) et la création d’un comité communal d’Eau et d’Assainissement (CC Eau). Les activités menées en 2019 dans le domaine de l’eau potable ont permis la réalisation de 02 forages dans le domaine de l’assainissement des eaux usées et excrétas à travers l’approche Assainissement Total Piloté par les Communautés (ndlr ; ATPC), initié par l’ONG-D/APS avec l’appui de l’UNICEF Burkina, 2.231latrines  ont été réalisées par les communautés elles-mêmes sans subvention dont 1.527latrines disposent d’un dispositif de lave main et 704 ont des trous ouvert. Ainsi donc, l’ONG-D/APS à travers son approche dénommée ATPC a déclaré tous les 17 villages de la commune Fin de Défécation à l’Air Libre (FDAL). En résumé, le taux de couverture en latrine est de 79% dans la commune rurale de Niabouri. Dans le domaine de l’eau potable, le taux d’accès était de 49,3% en 2015.

En ce qui concerne les programmations et/ou prévisions dès l’année 2020 prenant en compte l’accompagnement de certains partenaires. Il est prévu la réalisation de 11 forages et la réhabilitation de 19 autres a rassuré Salifou Napon. Il a au nom du conseil municipal et de toute la population de la commune traduit tous ces remerciements à l’endroit du consortium d’ONG, constitué Welthungerhilfe (WHH), SOS Sahel, Eau Vive et IRC pour leur accompagnement ainsi qu’à l’ONG-D/APS qui à travers une approche originale qu’est l’ATPC a sensibilisé véritablement les populations locales en les amenant à réaliser leurs ouvrages d’assainissement en fonction de leur moyens financiers. Ce qui a permis d’améliorer considérablement le taux de couverture en latrines et par ricochet, le taux d’accès à l’assainissement a-t-il expliqué. Il a enfin souhaité l’engagement de tous, afin d’améliorer les recettes propres de la commune à travers le paiement des différentes taxes. Toute chose qui permettra à la commune d’atteindre ses objectifs en matière d’accès à l’eau potable. Le problème de routes, de retenues d’eau et des dégâts des éléphants ont été entre autres les préoccupations posées  par les populations. Le Haut-Commissaire de la province de la Sissili, Sié Aristide Mohamed Kam a salué et félicité le Maire et son équipe municipale pour le travail abattu pour l’accroissement d’accès à l’eau potable. Il a enfin invité l’ensemble de la population à œuvrer pour faire de leur commune émergente et cela doit passer par des actions volontaires. Il a enfin témoigné toute sa gratitude et reconnaissance à l’endroit de tous les partenaires qui ont contribué à la mise en œuvre de toutes ses activités dans l’intérêt bien compris des populations de la commune rurale de Niabouri.

OLIVIER ALEXANDRE NIGNAN

   AIB/Léo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here