SAMSUNG CAMERA PICTURES

Burkina-Société-Projet-Femme-Autonomisation

Burkina/Gaoua : Une trentaine de femmes renforcent leurs capacités de production en Soumbala

Gaoua, 16 Janvier 2020 (AIB)- une trentaine de femmes de groupements de Sidoumoukar, Bonko et de Wèlèwèlè dans la région du Sud-ouest, ont exprimé mardi leur satisfaction de la mise en œuvre du projet de production de «Soumbala» dans leur localité.

«Ce projet a renforcé notre capacité de production. Dorénavant nous produisons du soumbala propre dans un délai relativement court» a affirmé, Dina Wowo Palenfo du groupement Signô-T- Poulba de Sidoumoukar.

De son côté, Bemanana Palenfo du groupement Sijeveteve de Wèlèwèlè confie que les techniques de production enseignées via le projet sont louables.

«En appliquant les consignes de production cela a donné de la notoriété à nos produits» a-t-elle affirmé.

Ces femmes s’exprimaient le mardi 14 janvier 2020 à Sidoumoukar, localité située à quelque encablure au côté ouest de  Gaoua (région du sud-ouest), à l’occasion d’une rencontre d’évaluation du projet de production de «Soumbala» dans leur localité.

La rencontre a été organisée par l’Association pour la promotion féminine de Gaoua (APFG) qui œuvre pour l’autonomisation économique des femmes.

Selon la secrétaire générale de l’APFG, Viviane Hien, «le projet a apporté une aide considérable aux bénéficiaires qui les permettent de produire du Soumbala propre qui défie toute concurrence».

Elle a affirmé que grâce au projet, les femmes ont toutes été formées et équipées en matériels pour la production de «Soumbala».

Ce qui va les permettre selon elle, de participer au processus de développement social, économique, environnemental et culturel et d’améliorer leurs conditions de vie.

Viviane Hien a salué le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) dont «le concours financier» a selon elle, permis la réalisation du projet.

Malgré les satisfactions, les acteurs du secteur, relèvent néanmoins des difficultés.

Il s’agit surtout du coût de plus en plus élevé de la matière première (la graine de néré).

Pour pailler à cela, les femmes envisagent de s’organiser financièrement dans le but de faire le stock de la matière première à bonne date afin de minimiser les coûts de production.

Le soumabala est une épice prisée fabriquée à partir de la graine du Néré (arbre) ou avec la graine de Soja.

Agence d’Information du Burkina

ey/es/wis

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here