Burkina-Environnement-projet-Validation

Burkina/Environnement : Vers une validation de la phase 7 du programme de microfinance

Ouagadougou, 16 janv.2020(AIB)-Les parties prenantes du programme de microfinancement (PFM) du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) se sont réunies jeudi à Ouagadougou, pour valider  le document de stratégie nationale de la phase opérationnelle VII, devant permettre de relever davantage les défis  environnementaux.

La phase opérationnelle VII «vise à promouvoir et à soutenir des initiatives novatrices, inclusives et évolutives et à encourager des partenariats multipartites au niveau local pour aborder les problèmes environnementaux mondiaux dans les paysages terrestres et marins prioritaires», a indiqué jeudi le représentant le ministre en charge de l’Environnement, Justin Goungounga.

M. Goungounga s’exprimait à l’ouverture de l’atelier de validation de la stratégie nationale de la phase opérationnelle VII du programme de microfinancement (PFM) du Fonds pour l’environnement mondial (FEM).

Il a précisé que la validation de ce document va permettre de maintenir le niveau «prodigieux» atteint au cours de l’exécution des phases précédentes, qui ont placé selon lui, le PMF/FEM du Burkina au rang des meilleurs programmes exécutés à travers le monde et particulièrement en Afrique.

Du reste, il a révélé  que  l’élément  clé de cette   phase  sera l’élaboration d’approches paysagères pour mieux cibler l’octroi de subventions et promouvoir la programmation stratégique et le regroupement des projets dans le but d’obtenir un impact plus important, tout  en créant des synergies et des possibilités de mise à en œuvre à grande échelle.

Pour ce faire, les parties prenantes   vont s’assurer au de cet atelier que le   document répond à leurs aspirations et après la validation, elles seront chargées de    rendre compte sur le terrain.

«C’est un document consensuel qui reflète les réalités environnementales au Burkina et qui prend en compte les exigences du Fonds pour l’environnement mondial(FEM), c’est-à-dire la diversité biologique, les changements climatiques et la dégradation des terres, a expliqué la consultante chargée de l’élaboration du document, Rosalie Congo.

Mme Congo a dit parcourir les régions pressenties pour la phase opérationnelle VII (Centre-Est, le Centre- ouest, le Nord et le Centre-sud), afin de de voir quelles sont les potentialités de chaque région, quelles sont les menaces qui pèsent sur l’environnement et quelles sont les mesures d’accompagnement pour la mise en œuvre de l’opération.

Le Programme des Nations unies pour le développement(PNUD) qui assure la qualité de la mise en œuvre des activités sur le terrain, s’est dit satisfait des acquis déjà engrangés.

A entendre, la chargée du programme environnement du PNUD/ Burkina, Clarisse Coulibaly, environ 250 projets ont été mis en œuvre par les associations sur le terrain depuis 1994.

Justin Goungounga a aussi rappelé que la phase opérationnelle VI a vu le développement d’initiatives au titres desquelles, la création de kiosques solaires gérés par les Grands-mères ingénieures du solaire.

Ces kiosques ont servi de véritables centres d’animation et ont créé de sources de revenus et des emplois dans les villages bénéficiaires.

Il y a eu aussi le renforcement des formations sur les initiatives stratégiques du FEM au profit des acteurs, a conclu Justin Goungounga.

Agence d’Information du Burkina

als/ata

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here