Burkina Faso-Presse-Revue

L’explosion d’une grenade à Ouagadougou, en couverture des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 9 janv. 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce jeudi commentent largement, l’explosion d’une grenade dans une école coranique, la veille,  dans un quartier de Ouagadougou.

«Explosion d’une grenade dans une école franco-arabe à Nonghin, dans l’arrondissement n°9 de Ouaga: 4 élèves blessés dont deux dans un état grave», arbore le journal privé Le Quotidien qui présente  également à sa Une, des images de l’incident.

Pour sa part, le quotidien national Sidwaya montre aussi, en première page, la photo de l’intérieur de la classe où la grenade a explosé, mais mentionne qu’il y a eu «Trois blessés enregistrés».

Ce journal rapporte que l’école franco-arabe Darou Hadise, située au secteur n°38 de l’arrondissement n°9 au nord de Ouagadougou est sortie de l’anonymat dans la matinée du mercredi 8 janvier 2020.

«Et pour cause, une grenade s’est explosée dans une salle de classe (CE1) aux environs de 8 heures», écrit Sidwaya, avant d’ajouter que «selon les témoignages recueillis sur place, trois élèves ont été blessés et évacués à l’hôpital Paul VI».

Aujourd’hui au Faso (privé), précisant qu’«après la cavalcade, place (est) à la réalité, au constat d’usage de la gendarmerie et à l’info sur les faits», parle d’«une déflagration, 4 blessés et moult questions».

Le confrère relate que «comme une trainée de poudre, la nouvelle se répand et c’est la stupeur et des questionnements pour les habitants et les riverains qui pour certains se lançaient à la recherche de leurs mômes partis pour l’école, et pour d’autres, de fermer boutiques et de se mettre à l’abri en attendant d’être situés sur les circonstances réelles de cet incident».

De son côté, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, affiche à sa Une, cette interrogation: «D’où est venue cette fameuse grenade ?».

A ce propos, Le Pays, autre quotidien privé, met en exergue les propos du fondateur de l’établissement, Salif Sawadogo qui déclare plutôt que «Ce n’est pas une grenade, c’est un métal».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here