Burkina Faso-Nouvel an-Message-Analyse

Burkina: L’analyste Poussi Sawadogo décrypte le message du président Kaboré

Ouagadougou, 2 janv. 2020 (AIB) – Le diplomate, historien et communicateur, Dr Poussi Sawadogo analyse le message du président Kaboré, prononcé le 31 janvier 2019, à l’occasion de la nouvelle année.  

 

Dans son analyse parvenue à l’AIB jeudi, M. Sawadogo rappelle que le Chef de l’Etat a entamé son propos par la présentation d’un contexte difficile où la Nation burkinabè a été meurtrie tout au long de l’année 2019 par des attaques terroristes et des conflits communautaires.

L’auteur de l’écrit indique que l’on déplore des morts, des orphelins, des déplacés internes, avant de souligner qu’avec courage et patriotisme, les Forces de défense et de sécurité (FDS) apportent une réponse militaire qui fait espérer.

«D’un ton optimiste, le président du Faso est convaincu que +la victoire du peuple burkinabè sur le terrorisme est certaine parce que nous avons foi en notre unité face à l’adversité, foi en notre détermination inébranlable, foi en l’avenir radieux du Burkina, un Burkina Faso éternel, en Afrique et dans le monde+», fait remarquer Poussi Sawadogo.

L’analyste ajoute que «cette situation qui menace l’existence du pays invite toutes les composantes de la vie nationale, acteurs politiques de tous bords, leaders coutumiers et religieux, acteurs non étatiques et privés, citoyennes et citoyens, à l’union sacrée pour défendre la patrie».

Selon lui, aux côtés des FDS qui jouent avec satisfaction leur partition, chaque Burkinabè est appelé à apporter sa contribution à l’action holistique contre l’insécurité.

«A tous les niveaux, la concertation et le dialogue constituent des outils d’action. A tous points de vue, le Chef de l’Etat a voulu adresser aux Burkinabè un message de consensus», note Dr Sawadogo.

L’historien-diplomate-communicateur pense qu’«il importe que ce message (du président Kaboré) soit approprié par toute la communauté nationale pour le salut de la patrie», relevant que  «pour ce faire, le président du Faso et son gouvernement doivent davantage consolider ce leadership rassembleur, mobilisateur et volontariste au service de l’unité retrouvée».

En plus des qualités cités plus haut, Dr Poussi Sawadogo est, entre autres, spécialiste des relations internationales, analyste en prévention des conflits et promotion de la paix, expert en genre et développement, expert en gouvernance et Droits de l’homme, coach professionnel, formateur international, écrivain, Web-journaliste, conseiller en formation.

Agence d’information du Burkina

AK/ata

Photo archives (Queen Mafa)

 

1 COMMENTAIRE

  1. -Monsieur Poussi Sawadogo, vous vivez dans quel monde pour raconter autant d’inepties en si peu de temps ? Pauvre Burkina-Faso, quand tes enfants scolarisés avec ton maigre argent deviennent tes pires ennemis…!

    -Nous perdons notre espace territorial depuis 2016 (environ 80.000km2 non-sécurisés contre 0km2 en 2015) ;
    -Nous perdons nos fds et autres compatriotes sous les coups ignobles des terroristes ;
    -Nous avons plus de 764 martyrs et plus d’un demi-million de réfugiés internes ;
    -Notre système éducatif est déchiqueté ;
    -Notre économie est dans le coma ;
    -Le chômage est effroyablement galopant ;
    -Nos dirigeants recourent aux mensonges et à la violence ;
    -Notre diplomatie se résume à des tâtonnements, à de l’incompétence et à des bêtises ;
    -Nos élèves sont froidement et lâchement assassinés sur la route de l’école ;
    -Nos dirigeants se battent pour piller nos ressources et refusent de rendre compte à l’ASCE ;
    -Le président Kaboré, son premier ministre, ses gnama gnama de ministres sont largués ;
    -Le discours du président Kaboré est plus un appel vain à l’aide, qu’un sursaut patriotique ;
    -Le monde syndical est en ébullition, et cela de manière légitime ;
    -Les terroristes gagnent du terrain malgré la bravoure de nos fds ;
    -Nos ressources naturelles, les terrains d’habitation,… sont privatisés progressivement ;
    -Il y a une incroyable fuite de capitaux nationaux et de nos partenaires étatiques ;
    -L’incivisme qui est une réponse linéaire à l’immoralité des politiciens n’est plus à démontrer ;
    -Nos populations se regardent en chien de faïence pour des raisons religieuses, ethniques, de pouvoir d’achat,…

    -Et vous,… vous venez nous faire « papier longueur » ? Pourquoi, vous ne nous respectez pas ? Sérieusement Monsieur Sawadogo,… de tout ce que vous racontez, en quoi avez-vous apporté une aide aux réfugiés internes ainsi qu’à nos fds ? Rien.
    Vous vantez les capacités et mérites inexistants d’un politicien qui ne fait que détruire son pays depuis des années. C’est pour ça que le Burkina Faso à assuré votre cursus scolaire ?Mais comme vous tenez à votre poste (que vous ne méritez pas du tout, à en juger par votre manque d’honnêteté intellectuelle), vous lancez des fleurs à je ne sais qui. Monsieur Sawadogo Poussi, il va falloir pousser plus que ça : vous n’aimez pas votre pays. Vraiment, les « docteurs et les professeurs à l’africaine-là », ils vont nous achever ici au Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here