Burkina-Insécurité-Médias-Réaction

Couverture des attaques au Burkina : deux ministres remontés contre les médias internationaux

Ouagadougou, 26 déc. 2019 (AIB)-Les ministres Abdoul Karim Sango (Culture) et Remis Fulgance Dandjinou (Communication) ont critiqué jeudi, les couvertures faites par les médias internationaux, des attaques terroristes au Burkina Faso, les reprochant, d’occulter les victoires de l’armée au profit de ses revers.

«Il est scandaleux de mettre au conditionnel des informations données par le gouvernement et être dans des certitudes quand il s’agit d’informations en provenance d’autres acteurs», a écrit jeudi le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme Abdoul Karim Sango sur sa page Facebook.

M.Sango exprime un sentiment de réprobation largement partagé sur les réseaux sociaux contre les médias occidentaux, à propos de l’accent mis sur les 31 femmes tuées mardi par des terroristes à Arbinda (Nord) et des doutes qui ont été émises (par certains), concernant la neutralisation par l’armée de 80 combattants.

Abdoul Karim Sango

«Les taux d’audience de Rfi (Radio France Internationale) et de F24 (France 24) sont les plus élevés seulement en Afrique francophone. Nous nous réveillons avec rfi et dormons avec. Le jour où on va changer ce paradigme, ils seront obligés de nous respecter», ajoute Abdoul Karim Sango.

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement burkinabè Remis Fulgance Dandjinou a également appelé sur Facebook, «à donner une information juste, recoupée, équilibrée et cela sans être dans le même temps, un allié de fait de ceux qui apportent désolation, désunion et mort».

«La remise en cause des annonces de notre État-major général des armées, le choix de l’angle de traitement qui met l’accent sur les 42 victimes civils (dont 31 femmes et 7 militaires), en occultant la neutralisation des 80 terroristes, montrent que nous sommes dans une guerre communicationnelle», soutient M. Dandjinou.

Le ministre de la Communication citant les guerres du Golf et de la Libye, estime que les exemples de médias qui «participent à la mise en œuvre de choix politiques et économiques», est toujours d’actualité.

Toutefois, il a loué le développement dans certains pays occidentaux, du concept de « reporter de l’espoir », un journalisme qui s’intéresse aux disfonctionnements mais aussi aux aspects constructifs.

Agence d’information du Burkina

ata/ak

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. M. les ministres, plus d’une fois vous avez été informés : Rfi, F24, France2, M6, Jeune-Afrique, LeMonde, l’Observateur,… sont les avants-gardes du terrorisme en cravate dans nos pays. Mais, comme vous avez vos intérêts égoïstes en France, alors…, silence. Nous y sommes maintenant. Que pouvez-vous réellement faire ? Dans quel pays vous allez vous réfugier après décembre 2019 ?

    Toutes ces radios, journaux et Tv sont boycottés en France et dans le reste de l’Europe. En effet, les gens savent que 99,99% de ce que ces médias racontent sont des bobards et des mensonges. Mais l’homme Noir francophone est toujours volontaire et disponible, quand personne d’autre sur la Terre ne veut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here