Burkina-Société-Société-civile-redevabilité

Burkina: La société civile souhaite la satisfaction des usagers de services publics 

Ouagadougou, 19 déc. 2019 (AIB) – Le président du Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) du Burkina Faso, Jonas Hien, s’est engagé jeudi, à œuvrer auprès de l’Etat à donner «satisfaction aux usagers de services publics afin d’éviter des frustrations», favorables aux «forces du mal».

«Les organisations de la société civile voudraient œuvrer à contribuer à rendre les structures de l’Etat performantes dans leur fonctionnement, qui donnent satisfaction aux usagers de services publics, afin d’éviter des frustrations, des mécontentements qui peuvent être des éléments favorisant l’enrôlement de personnes dans des groupes de forces du mal», a déclaré Jonas Hien.

Le président du Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso s’exprimait jeudi à Ouagadougou, à l’ouverture de la Conférence nationale sur la redevabilité sociale au Burkina Faso.

Selon Jonas Hien, la conférence est une réponse à l’appel du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré invitant les Organisations de la société civile (OSC), à apporter leur part de contribution à la construction d’un peuple solidaire.

La conférence qui est à sa deuxième édition est placée sous le thème «La culture de la transparence et de la redevabilité pour une cohésion sociale au Burkina Faso» et se tient les 19 et 20 décembre 2019.

«Au cours des travaux, les échanges porteront sur l’offre de redevabilité et les mécanismes de gestion des plaintes dans l’administration publique et sur l’état des lieux de l’offre sociale du service public aux citoyens et les mécanismes d’amélioration», a déclaré le président Jonas Hien.

La conférence est placée sous le patronage du Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré et le parrainage du ministre en charge de la cohésion sociale Siméon Sawadogo, tous deux représentés par Pierre Bicaba.

Selon celui-ci, par ailleurs, Secrétaire général (SG) du ministère en charge de la cohésion sociale, «le gouvernement a entrepris de mettre en place des mécanismes de gestion des plaintes des usagers du service public afin d’œuvrer à améliorer l’offre du service public».

«A travers ces canaux, des citoyens peuvent s’inspirer de la qualité, l’accueil, l’accessibilité du service public des prestations, des délais de traitement des dossiers et autres prestations qui, prises en compte, peuvent améliorer la qualité du service public», a-t-il affirmé.

Il a, néanmoins, précisé que «l’opérationnalisation de ces mécanismes n’est pas encore à la hauteur des attentes».

Pierre Bicaba s’est réjoui de l’engagement de la société civile «à œuvrer aux côtés du gouvernement, à la promotion d’une bonne gouvernance (au Burkina Faso)».

«C’est pourquoi, le gouvernement attend des résultats de vos travaux des propositions concrètes et pertinentes pouvant contribuer à l’amélioration des qualités des services publics en particulier et de la gouvernance dans notre pays en général», a-t-il affirmé.

Le président du CNSOC, Jonas Hien (cravate) des des membres du Conseil

La conférence est financée par la Banque mondiale à travers le Projet de gouvernance économique et de participation citoyenne (PGEPC) qui a «pour ambition de renforcer les mécanismes de redevabilité, de la transparence, de la participation citoyenne (afin) d’instaurer une culture de bonne gouvernance dans la société publique».

Selon le président du PGEPC Adama Rouamba, «une dotation du Fonds d’intervention rapide a été prévue pour encourager la participation des OSC dans la gestion des finances publiques à travers les financements des projets innovants par la participation citoyenne dont l’objectif est d’améliorer l’offre des services publiques».

La cérémonie de clôture de la conférence sera marquée par la distinction de structures de l’Etat et des organisations de la société civile qui s’efforcent de donner satisfaction dans l’offre de service public.

En outre, un prix spécial du premier ministre sera octroyé à la structure qui se sera le plus distingué.

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here