SPORT-BUR-AFR-PROJET

Promotion du sport : Le Burkina hôte d’une « Table Ronde » régionale

Ouagadougou, 19 déc. 2019 (AIB) – Le Premier ministre burkinabè Christophe Dabiré a donné jeudi  à Ouagadougou, le top de départ de la mise en œuvre d’un projet régional de promotion « des valeurs du sport dans l’éducation, la santé et la gouvernance des fédérations sportives » autour d’une « Table Ronde », a-t-on constaté sur place.

Au sortir de la « Table Ronde » qui durera 48 heures, les participants apprécieront, les enjeux techniques et financiers, dans le cadre pilote du Burkina Faso, avec les éclairages des experts, les partenaires techniques et financiers mobilisés pour la circonstance.

Le projet est une initiative du Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO à Abuja en coopération avec le Centre international pour la sécurité dans le sport.

Il poursuit cinq objectifs à savoir « favoriser, promouvoir et soutenir la création d’un environnement propice à une éducation physique de qualité dans les pays d’Afrique, soutenir la promotion des valeurs du sport au service de l’intégration régionale, la paix et la coexistence pacifique entre les peuples, favoriser et soutenir le leadership féminin comme gage d’une meilleure gouvernance du sport en Afrique et une valorisation de leur rôle dans le domaine ».

Le projet prévoit également « renforcer l’institutionnalisation et la promotion de la lutte contre le dopage dans le sport y compris l’intégrité du sport et instaurer de manière pérenne un observatoire régional de prévention et de contrôle dans les pays d’Afrique à travers le développement des capacités des pouvoirs publics et faciliter l’accès des personnes en situation de handicap au sport et aux activités sportives à travers la formation du personnel de l’éducation physique et sportive ».

Pour la mise en œuvre, une composante a été attribuée à chacun des 5 objectifs. La Table Ronde de Ouagadougou permettra donc d’expliquer les objectifs des 5 composantes, les différentes étapes de leurs mises en œuvre et le budget, de recueillir les observations et input des participants, de partager l’expérience du Burkina Faso pour la mise en œuvre du projet au niveau des pays etc.

Selon le Premier ministre burkinabè qui a présidé la cérémonie au nom du Président du Faso, « le projet qui va être conduit par le ministère des sports et des loisirs de notre pays, va contribuer à faire en sorte que nous puissions développer des initiatives qui consolident les bases de notre développement économique et social ».

Pour lui, « au moment où notre pays traverse une grave crise au niveau sécuritaire, il est important de faire en sorte que les jeunes aient un nouvel état d’esprit pour pouvoir faire en sorte qu’ils contribuent à la construction de la sécurité, de la paix et du vivre ensemble à travers les activités sportives ».

Il a rassuré que le gouvernement burkinabè a déjà mis en place un certain nombre d’initiative qui vont contribuer à faire en sorte que ce projet puisse connaitre une véritable réalisation.

« J’invite les partenaires qui sont venus participer à cette table ronde des partenaires pour le financement de ce projet à effectivement se mobiliser et apporter les contributions financières qui peuvent permettre de développer l’ensemble du projet et réussir les ambitions que nous sommes entrain de construire avec le président du Faso ».

Le directeur du bureau régional de l’UNESCO à Abuja Yao Ydo a reconnu le rôle joué par le ministre burkinabè des sports Daouda Azoupiou pour que ce projet puisse voir le jour. C’est l’ancien capitaine des Etalons Moumouni Dagano qui est l’ambassadeur du projet.

Ce projet dont le budget est estimé à 2 195 518 579 FCFA est construit autour d’un partenariat innovant notamment la CEDEAO, le CNOSS, la CONFEJES, la CONFEMEN, l’OMS, l’UNODC, l’ONUFEMMES, l’OIM, l’UNICEF, la FISU et d’autres institutions.

Pour cette phase pilote du projet régionale horizon 2020-2023, six pays pilotes ont été choisis sur proposition des partenaires. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Liberia et du Sénégal.

A terme, le projet embrassera un champ d’intervention géographique, couvrant l’ensemble des pays de la CEDEAO.
Agence d’information du Burkina (AIB)
as/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here