Burkina-Economie-Recettes

Recettes fiscales au Burkina: Environ 1649,51 milliards  F CFA mobilisés en 2019

Ouagadougou, 12 déc. 2019 (AIB) – Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), Lassina Kaboré a affirmé jeudi que le département ministériel a pu mobiliser 1649,51 milliards de  F CFA au titre de l’année 2019, soit un taux de recouvrement de  98 ,31% des recettes  de l’Etat.

Selon le ministre Kaboré, sur une prévision initiale de 1677,85 milliards de F CFA, son département a mobilisé 1649,51 milliards pour le compte de l’année 2019, soit un taux de recouvrement de 98,31%  avec un accroissement de 245,75 milliards de F CFA, comparativement à la même période de l’année 2018.

  1. Kaboré, a précisé que par rapport à la prévision annuelle révisée de 1837,50 milliards de F CFA, le taux de recouvrement est de 89,77% au 30 novembre 2019.

Le ministre  en charge de l’Economie s’exprimait jeudi à Ouagadougou, à l’ouverture des travaux du deuxième  Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de son département au titre de  l’année 2019.

D’après lui, le ministère a engrangé de nombreux acquis qui sont à mettre à l’actif de toutes les composantes de l’administration.

De son avis, ce résultat a été possible grâce à, entre autres, l’opérationnalisation depuis 2018 de la facture normalisée au niveau des contribuables sur toute l’entendue du territoire national, l’immatriculation de 2479 nouveaux contribuables à fin novembre 2019 et la mise en œuvre d’un système moderne d’assainissement du fichier des contribuables.

Au sujet des acquis, Lassina Kaboré a signalé  le décaissement de 171,86 milliards de F CFA au titre des appuis budgétaires et de 199,51 milliards de F CFA au titre des acquis projets, le financement de 42 startups par le programme Burkina  startups.

Le patron du département en charge de l’Economie burkinabè, s’est aussi appesanti sur la vérification de 824 postes comptables, l’élaboration et la transmission du projet d’avant programme (partenariat public-privé) 2019-2020, la réalisation des  cartographies des risques et les plans d’audits de 4 ministères, l’amélioration de la qualité de la budgétisation, etc.

  1. Kaboré a, enfin, noté que le CASEM placé sous le thème «Gouvernance du patrimoine de l’Etat et réduction du train de vie de l’Etat» interpelle tous les acteurs de son institution à la bonne gouvernance et constitue un espace de réflexions et  de propositions des solutions pour assurer une meilleure gouvernance du patrimoine de l’Etat.

«La bonne gestion du patrimoine non financier de l’Etat devrait permettre d’assurer un équilibre entre la gestion financière et budgétaire en termes de réduction des charges de fonctionnement de l’Etat et l’amélioration des conditions de travail et de productivité des administrations publiques», a-t-il conclu.

Agence d’information du Burkina

NO/ak

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here