Burkina-Indépendance-commémoration

Burkina/Indépendance: Le président du Faso annonce l’édification d’un Panthéon des bâtisseurs de la Nation  

Ouagadougou, 11 déc. 2019 (AIB) – Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a annoncé mardi nuit, à l’occasion  de la fête de l’indépendance, l’édification d’un Panthéon de tous les bâtisseurs de la Nation burkinabè.

«J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour (…) l’édification d’un Panthéon de tous les bâtisseurs de notre Nation, afin que la dignité de leur vie soit immortalisée pour la postériorité», a déclaré Roch Marc Christian Kaboré.

Le premier gouvernement voltaïque (aujourd’hui burkinabè) a été formé le 17 mai 1957 et dirigé par le président Daniel Ouézzin Coulibaly.

La disparition brusque du président Daniel Ouézzin Coulibaly le 7 septembre 1958 a projeté au-devant de la scène politique, le président Maurice Yaméogo qui a proclamé l’indépendance du pays le 5 août 1960.

La commémoration du 59e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso se tient dans le Centre-est du pays (Tenkodogo) sous le thème: «Cent ans de la création du Burkina Faso: devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l’Etat-nation».

Elle coïncide avec le centenaire de la création de la colonie de Haute Volta le 1er mars 1919 qui a été disloquée en 1932, puis reconstituée en 1947.

Indépendant en 1960, la Haute Volta  est devenue Burkina Faso en  1984 par la volonté du président Thomas Sankara.

«En cette année du centenaire de la création de notre pays», le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a décidé «de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina Faso», afin de «permettre aux générations présentes et à venir de mieux connaitre tous les pans de notre histoire commune».

Une «histoire générale»  marquée, selon Roch Marc Christian Kaboré, par le rejet des Burkinabè, de «l’exploitation, (de) la domination et (de) l’oppression, d’où qu’elles viennent».

Il en veut pour preuve «les grandes révoltes contre l’oppression coloniale avant même la création de la colonie de Haute-Volta, pour l’affirmation de la dignité humaine».

Le chef de l’Etat faisait référence à la grande insurrection du peuple Bwaba entre 1916 et 1917 contre le colon blanc.

«Ce devoir de mémoire, à travers un survol historique nécessaire, nous permet d’en tirer toutes les leçons en vue de consolider le socle de notre vivre-ensemble et de notre avenir commun», a-t-il affirmé.

La prochaine commémoration, celle du 60ème anniversaire de l’indépendance sera célébrée le 11 décembre 2020 dans la région des Cascades (Banfora) qui a vu naitre Begnon Damien Koné (président de l’Assemblée nationale de 1960 à 1965).

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here