Burkina Faso-Développement-Etude-Restitution

Burkina: Des chercheurs prospectent les grands enjeux de développement à l’horizon 2050

Ouagadougou, 5 déc. 2019 (AIB) – L’Institut de recherche pour le  développement (IRD), en collaboration avec des partenaires,  a restitué, jeudi à Ouagadougou, les  résultats d’une étude prospective  entamée en février 2019, en vue d’identifier les grands enjeux de développement du Burkina Faso, à l’horizon 2050.

«Nous savons qu’aujourd’hui, la recherche est un puissant moteur de développement et une solution aux nombreux défis sécuritaires, démographiques ou sanitaires dans le monde», a affirmé  la représentante déléguée de l’Institut de recherche pour le  développement (IRD) au Burkina Faso, Dominique Dumet.

La représentante déléguée de l’IRD s’exprimait jeudi à Ouagadougou, à l’ouverture d’un atelier de restitution  d’une étude prospective, basée sur la connaissance scientifique au Burkina Faso.

Pour elle, l’étude restituée constitue une alternative, à l’identification des grands enjeux du développement du pays  à l’horizon 2050 et des recommandations stratégiques et opérationnelles au gouvernement et aux Partenaires techniques et financiers (PTF).

L’étude prospective a été fiancée par l’Union européenne et mise en oeuvre par l’IRD au profit du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MERSI). Elle a impliqué 11 experts burkinabè et un européen.

Mme Dumet a précisé que l’étude a été réalisée pour dégager les «grandes tendances» actuelles afin de valoriser davantage la recherche, gage de développement d’une nation.

A l’écouter, l’atelier de restitution consiste à présenter la version provisoire de l’étude aux principaux acteurs du développement, aux représentants de la recherche, de l’enseignement supérieur, de l’innovation et aux acteurs de la société civile.

Dominique Dumet a expliqué que les participants s’appesantiront sur le rôle de la recherche et les amendements des résultats des travaux effectués en février 2019.

«La recherche est un moyen de développement économique et social d’un pays», a-t-elle soutenu.

Selon le directeur de recherche à la retraite, Jean Noël Poda, l’étude a fait ressortir les «tendance lourdes» qui guident l’avancée et la structure du Burkina Faso.

«Dans une deuxième étape, on a projeté sur 2050, que peut être l’évolution de ces tendances lourdes et que peut faire la recherche pour que celles-ci puissent aller dans le sens d’une évolution favorable du pays», s’interroge-t-il.

D’après M. Poda, pour un  futur meilleur du Burkina Faso,  la recherche en est la boussole de développement.

Le Directeur général du département en charge de la Recherche scientifique, Dr Idrissa Kaboré a signalé que c’est la première fois que le pays va disposer d’un document de prospective et  servira d’orientation au monde scientifique.

A l’en croire, cette étude commanditée  collera désormais à la réalité des besoins  avec le développement socio-économique du Burkina Faso.

Pour Dr Kaboré, l’étude est la bienvenue car, selon lui, elle va rapprocher le chercheur aux problèmes réels du pays.

«La recherche est dynamique et propose, depuis un certain temps, des solutions qui contribuent à résoudre les problèmes agricoles et sanitaires au Burkina Faso», a- t-il conclu.

Agence d’information du Burkina

NO/ak

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here