Césard Millogo et Eric Mamboué

Burkina-Société-Sciences-Recherches-Assainissement

Eau potable et assainissement : cinq technologies sélectionnées par le Fonds burkinabè pour la recherche

Ouagadougou, 27 nov. 2019 (AIB)-Le Fonds national pour la recherche et de l’innovation pour le développement (FONRID) et son partenaire Water-Aid, ont présenté lundi, cinq technologies devant améliorer l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement en milieu rural et péri-urbain.

Le Fonds national pour la recherche et l’innovation pour le développement (FONRID) et son partenaire Water-Aid ont présenté le lundi 25 novembre 2019 à Ouagadougou, les résultats de leur appel à projets sur la problématique d’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène.

Cet appel a permis de financer cinq projets à hauteur d’une cinquantaine de millions de FCFA, selon le Directeur général du FONRID Dr Hamadou H. Tamboura.

Le projet Verlet présenté par l’équipe de Dr Fanta Traoré de l’institut 2IE, porte sur la gestion des boues de vidange en zones non-loties.

Grâce au concours de verres de terre, les excréments recueillis  dans les fûts, sont décomposer et vont servir de composte dans les champs.

Dr Sevram Sossou de l’institut 2IE a présenté une technologie similaire appelée Compotoilet qui est une toilette écologique mobile.

Selon Dr Sossou, ces toilettes ne dégagent pas d’odeur et les excréments purifiés constitue du composte.

‘’La filtration de l’eau à forte teneur en Arsenic’’ est l’œuvre du Dr Corneille Bakouan de l’université Joseph Ki-Zerbo.

D’après le chercheur, à part le filtre, les matériaux servant à la purification de l’eau sont disponibles dans la nature.

Pour Christophe Guissou de l’ONEA, ce procédé va permettre de récupérer un grand nombre de forages abandonnés.

Hamadou Tamboura, Urbain Couldiati et Eric Mamboué

Dr Aminata Traoré de l’INERA, s’est aussi planchée sur «la purification de l’eau avec les graines de Moringa (plante) en milieu rural».

Après la purification au moringa, l’eau est filtrée avec du sable et du charbon.

Selon Dr Aminata Traoré, cette technique est utilisable uniquement dans les zones sans  accès à l’eau potable, car après filtrage, il y a une nette amélioration de la qualité de l’eau.

Le cinquième projet est celui de César Millogo de l’université de Ouahigouya et se veut «une nouvelle approche dans la prospection de l’eau».

L’approche basée sur de nouvelles méthodes de calcul, permet d’améliorer le taux de localisation de forages.

Pour César Millogo, la maitrise d’eau permet de sédentariser les jeunes et de réduire les corvées d’eau.

Le représentant de Water Aid au Burkina Faso Eric Mamboué s’est félicité des résultats atteints en deux ans de partenariat.

Il a indiqué que dans les deux ans à venir, son institution va entre autres, financer la finalisation de ces projets et appuyer le FONRID dans la mobilisation des fonds pour financer de nouveaux projets.

Le Directeur général du FONRID a invité les chercheurs à une utilisation rationnelle des ressources offertes par l’Etat et ses partenaires pour mettre en place des innovations utilisables.

Le secrétaire d’Etat en charge de la Recherche et de l’Innovation Dr Urbain Couldiatia exhorté l’ensemble des structures publiques et privées à faire du FONRID, leur outil de mobilisation de financements pour soutenir de manière organisée et transparente, les matières grises.

Agence d’information du Burkina

ata/ak

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here