Bam: la prolongation des activités de l’AFDP souhaitée à Rouko

Kongoussi, 12 nov. 2019 (AIB)-A une année de la fin du projet de lutte contre l’excision et le mariage des enfants à Rouko(Bam), des acteurs souhaitent une prolongation des activités de l’association action féminine pour le développement participatif ( AFDP), afin de vaincre les poches de résistance.

Le cadre de concertation de l’association AFDP mis en place à Rouko dans le cadre de l’exécution du projet de lutte contre les violences faites aux filles  s’est réuni le 7 novembre 2019 à Rouko (Bam) sous la présidence du préfet du département Seydou Tapsoba.

La rencontre  a regroupé les leaders communautaires, les conseillers villageois de développement et les  représentants de l’administration et avait pour objectif de faire une auto évaluation du projet 4 ans après sa mise en œuvre dans la commune.

«Nous conduisons un projet de lutte contre l’excision et le mariage d’enfants dans la commune de Rouko depuis 2016. Le projet prend fin en décembre 2020.

C’est dans ce cadre que nous avons mis en place un cadre de concertation des différents acteurs.

Le cadre se réuni chaque année et cette année, nous avons décidé de faire une auto évaluation pour voir l’impact du projet pour les bénéficiaires et envisager des perspectives pour la pérennisation des acquis après notre départ.

 

Et globalement, il ressort un sentiment de satisfaction générale chez tous les acteurs » a expliqué le chargé de programme de l’AFDP Souleymane Tabianga.

Le conseiller villageois de développement de Rouko Moussa Kinda a apprécié positivement l’impact du projet dans la commune de Rouko.

Pour lui, l’intervention de l’AFDP a permis de changer les comportements liés aux violences faites aux filles. Il a souhaité que le projet se prolonge afin d’éradiquer les mauvaises pratiques dans la commune de Rouko.

«Si vous faites un sondage d’opinion à Rouko, vous comprendrez que le projet est un véritable succès. Les femmes, les hommes, les chefs coutumiers et même nous les CVD reconnaissons que mariage d’enfants et l’excision a beaucoup reculé dans notre commune.

Et cela a contribué a rehausser le taux de scolarisation des filles à Rouko. C’est pourquoi nous souhaitons que le projet se prolonge en jusqu’en 2025 afin d’enrayer définitivement ces pratiques néfastes dans notre commune» a-t-il indiqué.

Le préfet du département de Rouko Seydou Tapsoba a salué l’apport de l’AFDP dans la commune de Rouko.

Il a invité les participants a faire siens des acquis du projet afin que les violences faites aux filles relèvent dorénavant du passé dans la commune de Rouko.

Agence d’information du Burkina

Asmado RABO

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here