Burkina-Politique-Parlement-Démission

Burkina: le député démissionnaire, Daouda Simboro  compte retourner à ses « anciennes amours »

Ouagadougou, 6 nov. 2019 (AIB) – L’ex-président du groupe parlementaire Renouveau démocratique (RD), Daouda Simboro, après sa démission mardi, de l’Assemblée nationale, compte retourner à ses «anciennes amours»,  a-t-il confié dans une interview accordée au quotidien national Sidwaya.

«Je retourne à mes anciennes amours, c’est dire au métier de banquier que j’exerçais avant de venir à l’Assemblée nationale», a déclaré le député démissionnaire.

Daouda Simboro, interrogé hier mardi, quelques instants après la publication de sa lettre de démission, répondait ainsi à la question de savoir sa destination après le parlement.

Le désormais ex-député dit avoir deux possibilités. «Je pourrai aller dans une nouvelle banque ou retourner dans mon ancienne banque», a-t-il argumenté.

Le quotidien national Sidwaya rappelle que M. Simboro était un élu national de l’Union pour le progrès et le changement (UPC, opposition) de la province de la Kossi dans la région de la Boucle du Mouhoun.

L’interviewé révèle que  sa formation politique vit dans une situation d’ambiguïté, raison pour laquelle, selon lui, une clarification s’avère nécessaire pour la bonne marche du parti.

«Une fois que je n’ai plus la charge du mandant (de député), je pourrai m’exprimer plus facilement et librement et éventuellement prendre la mesure d’avoir d’autres ambitions», a-t-il soutenu.

Sur   les 33 députés que  comptait  l’UPC, 13 ont rejoint  les rangs du groupe parlementaire RD, dirigé par l’ex- député Daouda Simboro, fragilisant du coup le pouvoir de décision de l’UPC, parti du  Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) Zépherin Diabré.

A la question de savoir s’il se considère toujours comme un militant de l’UPC, M. Simboro répond : «Jusqu’à preuve de contraire, je détiens encore ma carte de militant de l’UPC, même si les relations avec les premiers responsables du parti se sont compliquées dès l’avènement du groupe parlementaire Renouveau démocratique, le 4 octobre 2017», avant de souligner qu’aucun membre du groupe n’a reçu son exclusion du parti.

«Dans votre réflexion, vous est-il arrivé d’avoir un penchant pour le parti au pouvoir, le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, au pouvoir)?»

A cette interrogation, Daouda Simboro répond par la négative, s’empressant d’ajouter qu’il n’est contre le parti, «mais je n’ai jamais pensé un seul instant, rejoindre le MPP. Ce n’est pas que je n’en ai pas l’opportunité, mais je dois être cohérent envers moi-même».

Agence d’information du Burkina

NO/ak

Photo:Sidwaya

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here