BUR-AFR-JEUNESSE-UEMOA-CELEBRATION

Journée africaine de la jeunesse : l’AJ/UEMOA célèbre l’événement sous le signe du renforcement des capacités

Ouagadougou, 2 nov. 2019 (AIB) – L’association Action jeunesse UEMOA (AJ/UEMOA) a organisé vendredi à Ouagadougou, une conférence de presse pour donner les grands axes de la célébration de la journée africaine de la jeunesse, articulée cette année au Burkina Faso sous le signe du renforcement des capacités des jeunes pour leur meilleure représentativité « à tous les niveaux de décision et d’actions visant à mettre fin à l’insécurité » au Burkina Faso.

C’est la 2e célébration de la journée africaine de la jeunesse au Burkina Faso et l’AJ/UEMOA met le cap des actions « sur la région des Hauts-Bassins avec l’implication des jeunes des Cascades et du Sud-ouest » sous le thème « année des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes : pour des solutions durables au déplacement forcé en Afrique ».

La situation sécuritaire du Burkina Faso a motivé le choix de ce thème et les organisateurs mettront à profit pour renforcer les capacités des jeunes.

« Au Burkina Faso, la pertinence de ce thème cadre avec cette insécurité sans précédent dans l’histoire de notre nation. Les violences liées au terrorisme touchent les refugiés estimés à plus de vingt et cinq mille installés sur notre territoire et provoquent plus de 500 000 personnes déplacées selon les autorités », a expliqué le coordonnateur de l’AJ/UEMOA, Georges Kouwonou.

Il rappelle que « l’Etat burkinabè et l’ensemble de ses partenaires ne devraient pas perdre de vue la nécessité d’adopter des solutions innovantes et durables dans la résolution de cette crise qui se passe au moment où l’Union africaine fête les 10 ans de la « Convention de Kampala », ratifiée par le Burkina Faso.

  1. Kouwonou insiste donc que « des actions innovantes et durables doivent être menées afin de permettre à ce que les jeunes soient représentés à tous les niveaux de décision et d’action visant à mettre fin à cette insécurité ».

Les 14 et 15 novembre prochain du côté de Bobo-Dioulasso les capacités des organisations de la société civile qui interviennent au niveau des personnes déplacées, seront renforcées, selon les organisateurs de la conférence de presse.

  1. Kouwonou rappelle qu’en 2018 sa structure a entrepris au Burkina Faso, de « grandes actions. On peut noter la formation de 90 jeunes responsables d’association des régions de l’Est, du Sahel et de la Boucle du Mouhoun, sur les questions de transition démographique, du dividende démographique et de l’extrémisme violent ».

L’AJ/UEMOA s’est engagée depuis l’année passée à promouvoir au Burkina Faso cette journée dédiée à la jeunesse africaine.
Agence d’information du Burkina (AIB)
as/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here