SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poni : Plaidoyer pour la valorisation des produits forestiers non ligneux 

Gaoua, (AIB)-L’Association pour la promotion féminine de Gaoua (APFG) a fait un plaidoyer le jeudi 17 octobre 2019, sur la valorisation des produits forestiers non ligneux lors du Cadre de concertation provincial du Poni.

 Le Programme d’appui à la valorisation des produits forestiers non ligneux(PFNL)-phase 2 a été présenté lors de la première session 2019 du Cadre de concertation provincial du Poni, le jeudi 17 octobre 2019 à Gaoua.

Pour le point focal du programme au sein de l’Association pour la promotion féminine de Gaoua (APFG), Laurent Bala Dah, il a été question de faire connaitre le programme aux membres du Cadre.

Selon M. Dah, le programme a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ruraux et périurbains vulnérables.

Il veut également améliorer durablement les revenus des populations par la gestion durable et la valorisation des produits forestiers non- ligneux.

Dans le cadre du programme, plusieurs activités sont réalisées au nombre desquelles, des formations sur les thématiques diverses au profit des groupements, des appuis à la réalisation des plantations par l’octroi de plants.

Il y a aussi eu le développement des actions sur la valeur nutritionnelle et l’utilisation des PFNL dans les ménages vulnérables et les écoles primaires.

Au regard de l’importance du programme pour l’amélioration des conditions de vie des populations, M Dah ajoute que le cadre est une tribune pour plaider pour l’accompagnement des   communes dans la mise œuvre des actions du programme.

Il a précisé que le programme est sous la tutelle du ministère en charge de l’environnement, en collaboration avec l’ONG TREE AID et financé par la coopération suisse.

Le plaidoyer pour la valorisation des PFNL a été apprécié des participants. C’est ainsi que le préfet du département de Loropéni, Auguste Ouédraogo, pense que cette communication a participé à l’éveil des consciences sur la question des PFNL.

Ainsi les acteurs concernés vont s’organiser   pour la protection des forêts, leurs exploitations judicieuses et rationnelles.

Idem pour Rakia Kéré, agent à la direction régionale de l’Agriculture. De son point de vue, la valorisation des PFNL est une nécessité parce qu’elle permet la création des revenues au niveau des populations rurales. En plus de cela, ces produits ont un apport alimentaire et nutritif non négligeable.

Agence d’information du Burkina

Evariste YODA

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here