Burkina-Politique-Opposition-Crise

Le CDP va se conformer «diligemment» aux décisions du président d’honneur Blaise Compaoré

 Ouagadougou, 14 oct. 2019 (AIB) – L’ex-parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, Opposition) va se conformer «diligemment» aux décisions du président d’honneur Blaise Compaoré qui a demandé la levée des sanctions de certains cadres,  a affirmé lundi, des dirigeants dudit parti.

Selon Achille Tapsoba, porte-parole du président de l’ex-parti au pouvoir, le président d’honneur, Blaise Compaoré, en exile en Côte d’Ivoire,  à travers des lettres adressées à Eddie Komboïgo, à Léonce Koné et aux militants du parti, demande  la levée des sanctions à l’endroit des 27 cadres du  CDP, afin de renforcer l’unité et la cohésion sociale du parti.

M. Tapsoba s’exprimait lundi à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse sur les suspensions et les exclusions de certains cadres du parti, à l’issue du congrès extraordinaire du 22 septembre dernier.

«Des sanctions ont été prises à l’encontre de nos militants qui étaient en porte à faux avec les textes fondamentaux de notre parti et dont certains sont même allés jusqu’à ester le parti en justice», a-t-il soutenu.

Le représentant de Eddie Komboïgo a indiqué que le CDP va se conformer «diligemment» aux décisions du président d’honneur Blaise Compaoré  en rapportant les faits (sanctions) du congrès extraordinaire du 22 septembre dernier.

De son avis, les sanctionnés sont accusés par leurs actions de déstabilisation ou de liquidation de l’ex parti au pouvoir.

Ainsi, l’ex Premier ministre du Burkina Faso, Kadré Désiré Ouédraogo et l’ancien ministre de la Justice  sous le régime Compaoré démissionnent.

«La direction publique apprécie à sa juste valeur ces orientations. Nous allons avec la diligence requise œuvrer à rapporter les sanctionnés pour qu’ensemble avec les camarades sanctionnés, nous menions le bon combat pour la victoire du CDP au scrutin à venir», a- t-il ajouté.

Achille Tapsoba a reconnu  que le fondateur du parti est un «grand homme d’Etat, conciliateur et homme de paix» et que sa réaction ne pouvait aller dans le sens du rassemblement, de la cohésion et de l’unité.

A l’écouter, ce n’est ni la victoire des sanctionnés, ni la victoire des responsables du parti, c’est  seulement la victoire du CDP.

Il a en outre  proposé un nouveau contrat social avec les Burkinabè afin de répondre aux attentes des populations en matière de sécurité, de paix, et de prospérité.

M. Tapsoba, a  aussi signifié que le parti va œuvrer avec l’ensemble des militants pour le retour de tous les exilés politiques dans le cadre de la réconciliation nationale.

Il a  assuré que la direction politique du CDP est en phase avec le président d’honneur Compaoré et que  par ce rapportage, le parti restera fort pour une victoire éclatante aux présidentielles et législatives de 2020 au Burkina Faso.

Depuis le départ du président Blaise Compaoré, à la suite du soulèvement populaire d’octobre 2014, son parti le CDP traverse une crise de leadership, notamment entre le président du parti Eddie Komboïgo et Kadré Désiré Ouédraogo, à l’orée de la présidentielle de 2020.

Agence d’information du Burkina

NO/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here