Bam /Terrorisme: « Nous n’allons plus fuir de village en village » (Résistants)

Kongoussi, 05 oct.2019(AIB)-Le Mouvement populaire pour la résistance au Bam, soutenu samedi par un millier de déplacés, a assuré qu’il affrontera avec l’aide de l’armée, les assaillants qui endeuillent régulièrement la province.

Au moins un millier de personnes composées de ressortissants et de déplacés internes ont répondu samedi, à l’appel du  Coordinateur du mouvement populaire pour la résistance du Bam Aly Nana.

M.Nana a invité le gouvernement et l’Etat major général des armées d’accéder à la requête des populations du Bam qui entendent entrer en résistance dès  ce jour contre les groupes armées qui endeuillent régulièrement les familles.

Aly Nana a été soutenu dans son initiative par des organisations membres de la société civile comme l’organisation démocratique pour la jeunesse (ODJ),le Balai citoyen, le Mouvement plus rien ne sera comme avant et bien d’autres.

Selon l’initiateur du mouvement Aly Nana, il faut une organisation dans les villages qui soient coordonnées par les forces de défense et de sécurité.

«Mon idée est partie suite à la dégradation de la situation sécuritaire à Kongoussi de venir lancer un appel à toutes les populations des différents villages du Bam et du Burkina Faso à s’organiser dans leurs villages respectifs pour venir en appui  contre les terroristes.

Les FDS Seuls ne peuvent pas combattre le terrorisme sans l’appui des populations. Au lieu de fuir de villages en villages, de province en province jusqu’à Ouagadougou, nous n’ allons plus bouger. Nous allons les affronter avec nos moyens de bord en collaboration avec les FDS» a-t-il expliqué.

Le chargé de communication du « Mouvement plus rien ne sera comme avant »Mossourou Guiro a salué l’initiative de Aly Nana.

Pour lui, seules des organisations similaires pourront contribuer à enrayer le terrorisme au BURKINA.

«Nous sommes venus soutenir nos parents du Bam et leur apporter notre réconfort et nous invitons les autres OSC a sortir sur le terrain au lieu de rester à Ouagadougou. En plus de notre présence, nous avons apporté 15 sacs de riz et 3 cartons de spaghetti que nous avons remis à la mairie» a-t-il souligné.

Toutes les communautés sont engagées dans cette lutte.

Un participant de la communauté Mossi  de la commune de Zimtenga qui a requis l’anonymat, s’est félicité de l’initiative et se dit prêt à intégrer le mouvement.

«C’est une très bonne initiative parce que nous ne pouvons pas continuer à fuir. Je viens d’arriver mais j’épouse entièrement l’idée ».

Un autre participant issu  de la communauté Peulh dont nous avons décidé de taire le nom, a été ferme.

« Je suis d’avis avec les organisateurs. Seulement il faut que l’État accompagne les comités qui seront mises en place en les equipant et en l’encadrant pour qu’on puisse venir à bout du terrorisme », a-t-il dit.

Pour rappel, le Bam enregistre environ 39 000 déplacés internes selon un  bilan actualisé du COPROSUR,  à la date du 3 octobre 2019.

Agence d’information du Burkina

Asmado RABO

 

 

 

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis fier de sursaut de décision qu’ils ont pris,la population de Bam. Courage. C’est maintenant tout commence,plus jamais de de terrorisme au Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here