Kongoussi : ‘’Le CDP va reprendre le pouvoir pour vous permettre de vivre en toute tranquillité’’ Komboïgo

Kongoussi, 03 oct. 2019 (AIB)-«Nous allons encore reprendre le pouvoir pour vous permettre de vivre en toute tranquillité», a lancé le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) Eddie Komboïgo, hier mercredi à Kongoussi, devant des centaines de personnes qui ont fui les meurtrières attaques du week-end écoulé.

«Nous sommes venus vous apporter le soutien du CDP et vous rassurer que nous avons dirigé le pays pendant 27 ans sans insécurité. Nous allons encore reprendre le pouvoir pour vous permettre de vivre en toute tranquillité dans vos villages. Mais en attendant nous avons apporté un geste symbolique composé de riz, de boules de savon, d’huile, de nattes etc. pour vous permettre de survivre d’abord» a indiqué mercredi Eddie Komboigo.

Le président du congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir) s’exprimait mercredi en fin de soirée à Kongoussi, devant des déplacés.

Selon le secrétaire général du CDP Bam Inoussa Sawadogo dit Zasco, la valeur totale du don, s’élève à 2 millions de FCFA et est destiné à tous les déplacés.

Depuis samedi, des assaillants ont tué une trentaine de civils dans plusieurs villages de la province du Bam, contraignant quelques 20 mille à rejoindre Kongoussi, le chef-lieu de province.

Eddie Komboigo a invité le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré et son gouvernement à prendre des mesures urgentes dans un bref délai pour sécuriser les zones de résidence des populations déplacées du Bam, afin de leur permettre de regagner leurs villages.

M. Komboïgo a également rassuré les déplacés que dès son retour à Ouagadougou, il écrira au président du Faso et alertera les missions diplomatiques pour rendre compte de la situation en leur faveur.

Eddie Komboïgo était accompagné par le député Blaise Sawadogo du Bam.

Rappelons que le CDP a perdu le pouvoir en octobre 2014, à la suite d’une insurrection populaire contre le président Blaise Compaoré qui voulait modifier la Constitution pour gouverner au-delà de son dernier mandat légal.

Agence d’information du Burkina

Asmado RABO.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here