Burkina-Politique-Opposition-Parti-Crise-Sanctions

 Burkina : l’ex parti au pouvoir sanctionne 27 de ses cadres

 Ouagadougou, 23 sept 2019, (AIB)- L’ex-parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès(CDP) a exclu hier dimanche 17 de ses cadres et suspendu dix autres, lors d’un congrès extraordinaire, a appris l’AIB.

Selon le journal en ligne «Lefasonet», l’ex-parti pouvoir(CDP) a ouvert hier dimanche les travaux de son congrès extraordinaire par des suspensions et des exclusions des cadres du parti.

Pour le journal, cette instance intitulée «Relecture des textes fondamentaux du parti», a permis d’examiner les règles dudit parti et de sanctionner certains militants pour des actes d’indisciplines.

D’après lefaso.net, il est reproché aux cadres suspendus d’avoir refusé de reconnaître et de mettre en œuvre les orientations du président d’honneur, de poser les actions de blocage du fonctionnement du parti et de tentative de liquidation du parti.

Le media  signale que les actions concernent des cadres influents  tels que l’ex-ministre de la Justice  Boureima Badini, le président du directoire du CDP au temps de la Transition Léonce Koné, l’ancienne ministre de l’Education nationale Juliette Bonkoungou/ Yaméoho, l’ancien maire central de Bobo Dioulasso, Salia Sanou,  le chargé des affaires  religieuses et coutumières Mohamadi Lamine Kouanda, les maitres de cérémonies Ambroise Tapsoba et  Gnama Paco Drabo , le chargé des mouvements associatifs, Alpha Yago etc.

«Si nous pouvons nous réunir ce matin, c’est parce que la vérité a triomphé hier au palais de justice. (…). Refusant tout dialogue, ils (frondeurs) ont multiplié des sorties médiatiques dans le but de ternir notre image, l’image de notre parti et de porter atteinte à la cohésion de notre parti. Ce qu’ils veulent en réalité, c’est la liquidation pure et simple du parti », a indiqué le président du CDP Eddie Komboïgo, cité par le lefaso.net.

M. Komboïgo fait allusion à la nouvelle saisie de la justice par les cadres qui n’ont pas réussi cette fois-ci, à annuler le congrès.

Depuis l’insurrection populaire d’octobre 2014 qui a évincé le président Blaise Compaoré du pouvoir, son parti le CDP recherche toujours son lustre d’antan.

Les divergences se sont accentuées dans la guerre de positionnement entre le président Komboïgo et l’ancien Premier ministre Kadré Désiré Ouédraogo (candidat déclaré), à l’orée de la présidentielle de 2020.

Lundi, Kadré Désiré Ouédraogo (non sanctionné) et Boureima Badini (suspendu pour 12 mois) ont rendu leurs démissions du CDP, rapportent lefaso.net.

Agence d’information du Burkina

no/ata/ak

Photo : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here