Burkina-Agriculture-Projet

Burkina : Des acteurs réfléchissent sur la transition agro écologique en Afrique

Ouagadougou, 6 sept 2019, (AIB)-Des acteurs ont entamé vendredi, des échanges sur la transition agro écologique, en vue de redéfinir des pratiques agricoles dans les sociétés africaines «plus respectueuse» des écosystèmes naturels.

«Il faut plaider pour une redéfinition des pratiques agricoles de nos sociétés afin de développer une agriculture plus respectueuse des écosystèmes naturels», a affirmé le secrétaire général (SG) du ministère de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques(MAAH), Dr Lamourdja Thombiano.

D’après lui, certains problèmes écologiques sont en partie attribuables à l’agriculture intensive, utilisant massivement des intrants et des pesticides sans aucune mesure de préservation de la biodiversité.

Dr Thombiano s’exprimait vendredi à Ouagadougou, au cours du lancement du projet d’Appui à la transition agro écologique en Afrique de l’Ouest(PATAE).

Selon le SG du MAAH, il convient d’adopter une démarche scientifique attentive aux phénomènes biologiques qui combine développement agricole et protection de l’environnement naturel pour le bien-être des populations africaines et burkinabè.

Il a souligné que l’agro écologie tente de répondre à l’insécurité alimentaire par la conservation, la restauration et récupération des sols dans les pays membres.

Dr Lamourdja a soutenu que les perturbations climatiques associées aux pratiques culturelles inappropriées sont à l’origine de la forte dégradation des ressources naturelles et la transition agro écologie constitue une réponse à la sécurité alimentaire au Burkina.

Le chercheur a indiqué que le gouvernement burkinabè accompagne les pratiques agro écologiques qui permettent de préserver les écosystèmes agricoles et de promouvoir le développement économique et social du pays.

Dr Lamourdja Thombiano a signalé que le projet d’appui à la transition écologique en Afrique de l’Ouest couvre le Burkina Faso, La Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal et le Togo.

Il a affirmé que l’objectif général consiste à améliorer les performances des exploitations agricoles familiales pour la sécurité alimentaire, l’accroissement des revenus et une meilleure résilience aux changements climatiques.

«Au Burkina Faso, trois projets de terrain d’agro écologie issus d’appels à proposition ont été sélectionnés à savoir l’ONG Action contre la faim(ACF) l’ONG terre verte Burkina et l’Union provinciale des producteurs agricoles du Houet (UPPA Houet) », a-t-il confié.

Agence d’information du Burkina

no/ata /ak

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here