Burkina Faso-Presse-Revue

Syndicalisme et nécrologie en couverture des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 19 août 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi commentent largement le décès du roi du Gulmu, sa majesté le Kupiendiéni, ainsi que les mouvements syndicaux annoncés par l’Union d’action syndicale (UAS).

«Rencontre nationale de l’UAS sur la rupture du dialogue avec le gouvernement : un meeting le samedi 31 aout 2019», titre le journal privé Le Quotidien qui informe que la décision a été prise à l’issue d’une rencontre nationale tenue le samedi dernier à Ouagadougou.

A ce propos, Le Pays, autre privé, affiche: «Revendications sociales : L’UAS appelle à des journées de protestation les 31 août et le 16 septembre 2019».

Le même journal, dans sa rubrique ‘’Lignes de force’’, se demande: «Revendications sociales sur fond de lutte contre le terrorisme : Saura-t-on éviter le bras de fer en perspective ?».

Le Pays évoque également le deuxième anniversaire du décès de Salifou Diallo, ex-président de l’Assemblée nationale, soulignant que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir) «salue la mémoire d’un homme d’action».

Pour sa part, Sidwaya, le quotidien public, qu’à l’occasion du 2e anniversaire du décès de Salifou Diallo, le MPP, à travers un message, «se souvient d’un leader, un frère et compagnon exceptionnel».

Quant à Aujourd’hui au Faso, il parle du décès de sa Majesté le Kupiendieni, roi du Gulmu (à l’est du pays), faisant observer que «c’est une énorme perte pour le Burkina Faso.

«Le 31e Roi du Gulmu, Sa Majesté Kupiendieli s’est éteint dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 août 2019 des suites d’une maladie à l’âge de 84 ans, au bout de sa dix-septième année (17e)  de règne», rapporte le journal.

De son côté, L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés du Burkina Faso, arbore : «Mort du Kupiendieni, roi du Gulmu : Le soleil s’est couché à l’Est».

Pendant ce temps, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso (2e capitale du Burkina Faso), met en exergue : «Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieni du Gulmu».

Le quotidien national Sidwaya mentionne : «Décès du Kupiendieni, roi du Gulmu : Le mystère des obsèques et de succession», relatant que «les rites funéraires et la désignation d’un nouvel empereur se déroulent dans la discrétion et seuls les initiés y sont impliqués ».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here