Burkina-Société-Dialogue-Paix

  Burkina : Le gouvernement renforce ses capacités pour un dialogue social apaisé

Ouagadougou, 9 aout 2019 (AIB) – L’exécutif  burkinabè  a tenu  vendredi à Ouagadougou un séminaire gouvernemental pour   renforcer les capacités de ses membres sur les questions de dialogue social  afin  d’instaurer un climat apaisé au Faso.

Ce séminaire présidé par le Premier ministre, Christophe Marie Joseph  Dabiré  a été l’occasion pour les  acteurs de  réfléchir sur les questions de dialogue social et particulièrement, sur les conditions de mise en place d’une trêve sociale.

«Nous avons été outillés pour que le dialogue qui parfois connait des couacs puisse être bien mené et aboutir à une situation qui soit porteuse des attentes pour le gouvernement et porteur de résultats pour les travailleurs», a indiqué le porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou.

Il  s’est agi, au cours des travaux, de rappeler  les principes élémentaires qui parfois  manquent aux membres du gouvernement pour affiner et participer dans le cadre des discussions du dialogue social.

Ces dernières années, le monde du travail est marqué par des mouvements sociaux de tout genre, mettant en mal la cohésion sociale et le développement économique et social du Burkina Faso.

Selon le ministre Dandjinou, ce  séminaire  permettra  de  bâtir un accord commun en tenant compte des prérogatives des syndicats et en tenant compte aussi des obligations du gouvernement à avoir une répartition des biens communs à l’ensemble de la Nation.

En l’en croire,  la question du dialogue social a été  un élément essentiel  du gouvernement  qui s’est  toujours dit «prêt» à satisfaire les revendications qui ont été signées et mises en œuvre par les différents acteurs.

«Mais,  dit-il,  «dans un contexte national qui est particulier, il y a une  équation budgétaire qui est délicate à mener et nous devons travailler à obtenir un élément de consensus».

Pour le président du  Haut-conseil  du dialogue social, Pr Domba Jean Marc Palm, cette session a permis aux acteurs d’avoir  les mêmes compréhensions pour une atteinte des objectifs assignés.

«Nous allons parler d’une  même langue afin de bouger petit à petit les cailloux», a assuré M. Palm dont la structure est l’initiatrice du séminaire.

Le  Directeur général adjoint (DGA) du Bureau international du travail (BIT), Oumarou Moussa, a assuré que ces échanges qui ont porté sur les instruments internationaux en matière de dialogue, les bonnes pratiques de dialogue social  permettront au gouvernement de renforcer le dialogue.

Agence d’information du Burkina

ALS/ak 

Photo d’archives

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here