Burkina-Justice-Mines

Affaire « charbon fin »: douze  personnes comparaitront mercredi au Tribunal de grande instance de Ouagadougou

Ouagadougou, 6 aout 2019 (AIB) – Douze  personnes vont comparaitre demain mercredi, au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou dans l’affaire de «charbon fin» de la société minière I am Gold Essakane SA dont l’exportation «frauduleuse» remonte depuis décembre 2018 au Burkina .

Selon le procureur général près la Cour d’appel de  Ouagadougou, Laurent Poda, douze personnes physiques de la société I am  Gold Essakane SA, de la société  Bolloré transports et logistics SA Burkina Faso(BTLSA), de la direction générale des mines et de la géologie(DGMG) comparaitront demain pour l’affaire de «charbon fin» au Burkina.

D’après lui, ces personnes mises en cause viennent également  du Bureau des mines et de géologie du Burkina (BUMIGEB) et de la  Direction générale des  Douanes (DGD).

M. Poda qui était mardi face aux journalistes,  a signalé que les personnes  concernées sont poursuivies pour, entre autres, des faits de fraude en matière de commercialisation de l’or et des autres substances précieuses, d’exploitation illégale de déchets dangereux, de blanchissement de capitaux, de faux en écriture privée de commerce.

«Les personnes physiques et morales poursuivies ont été citées à comparaître à l’audience correctionnelle du pôle économique et financier du tribunal de grande instance de Ouagadougou en date du 7 aout 2019», a soutenu le procureur général.

Laurent Poda a précisé que l’ensemble de ces personnes mises en cause, bénéficient de la présomption d’innocence, estimant  que  le parquet a diligenté ces poursuites «sans complaisances» sur la base d’éléments «probants» et s’attèle à  établir la culpabilité des uns et des autres dans le respect des textes en vigueur.

En décembre 2018, 32 conteneurs contenant du  charbon fin, propriétés de la société minière I am Gold Essakane SA, ont été saisis par la Brigade  nationale anti-fraude (BNAF) du Burkina à Bobo-Dioulasso, en partance vers la Côte d’Ivoire.

Depuis lors, cette affaire de charbon fin continue d’alimenter les débats et le 3 juin dernier, le ministre en charge des Mines, Oumarou Idani était  face à la presse pour éclairer  l’opinion nationale et internationale.

J’invite la population à suivre la procédure qui est en cours, de se dépassionner des rumeurs et autres supputations et de faire confiance à la justice qui avance, même si ce n’est pas du  goût de tout le monde, mais qui avance quand même», a conclu Laurent Poda.

Agence d’information du Burkina

NO/ata/ak  

Crédit photo: Burkina24.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here